Fermentation : Abolis lauréat de la phase 2 du CMI 2030

Partager cet article avec :
De gauche à droite : Cyrille Pauthenier,
président d’Abolis, reçoit le prix le 26 mars
remis par Nicolas Dufourcq, PDG de BPI France, Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement et Anne Lauvergeon, présidente de la Commission Innovation 2030. (c)Abolis

Le spécialiste de la production de molécules d’intérêt par voie fermentaire Abolis a remporté la deuxième phase du concours Mondial d’Innovation 2030. Le groupe installé au Genopole a été récompensé pour son projet Cell Factory, qui vise à finaliser sa plateforme automatisée en vue de la conception de microorganismes capables de produire des composés d’intérêt à visée pharmaceutique, cosmétique et agroalimentaire par fermentation de sucres. « L’objectif principal de Cell Factory est de permettre le changement d’échelle, c’est-à-dire de rendre possible le travail en parallèle sur plusieurs projets clients avec des outils plus performants. Nous espérons ainsi apporter notre pierre à la transformation de l’industrie chimique », détaille Cyrille Pauthenier, président d’Abolis.

Accélérer le déploiement des technologies de biologie de synthèse

Créé en 2014, Abolis, qui emploie 20 collaborateurs, s’appuie sur la combinaison de technologies informatiques, robotiques, analytiques, génétiques et fermentaires pour concevoir des bioprocédés de production chimique. La technologie développée dans le cadre du projet Cell Factory va permettre ainsi la mise au point accélérée de microorganismes producteurs de molécules d’intérêt industriel. Et ainsi développer des alternatives aux procédés traditionnels de production chimique, souvent source de polluants, et sujets à des problèmes d’approvisionnement. « Si nous voulons faire évoluer les pratiques industrielles vers une approche plus respectueuse de l’environnement, il faut aussi être capable de proposer des procédés de substitution à l’industrie de la chimie à un rythme plus soutenu que celui que nous connaissons aujourd’hui » précise Cyrille Pauthenier.

Partager cet article avec :