Extraction végétale durable : l’association FEE réfléchit à un label

Partager cet article avec :

Créée en 2009 à l’initiative des trois pôles de compétitivité PASS (Parfums Arômes Senteurs Saveurs), PEIFL (Pôle Européen d’Innovation Fruits et Légumes) et Trimatec (écotechnologies), l’association « France Eco Extraction (FEE) » vise la promotion des technologies d’éco-extraction (éco pour écologique et économique) de végétaux aussi bien en recherche qu’en milieu industriel.

En cette fin d’année, elle annonce la diffusion d’un guide des bonnes pratiques de l’éco-extraction et la mise à disposition d’un outil d’évaluation des impacts environnementaux.

Elaboré avec des entreprises pilotes, il s’agit d’un cadre méthodologique d’Analyse du Cycle de Vie spécifiquement adapté aux filières aromatiques, cosmétiques et agroalimentaires. Il comporte un guide sectoriel et un écocalculateur permettant aux entreprises de réaliser des simulations afin de limiter l’impact de leurs procédés sur l’environnement.

Ce guide constitue une première étape vers la formalisation d’une charte d’engagements reposant sur des critères d’évaluation précis et vers un label de l’éco-extraction du végétal.

Une plateforme pilote en 2015

Autre étape fondamentale issue des travaux de France Eco-Extraction : une plateforme pilote réunissant les technologies les plus innovantes d’éco-extraction verra le jour en 2015 au sein de la Cité du Végétal, à Valréas dans le Vaucluse, avec le soutien de l’Etat, du Conseil Général du Vaucluse et de la Communauté de Communes de l’Enclave des Papes et du Pays de Grignan. De la R&D aux essais pré-industriels, cet équipement de pointe permettra de développer de nouveaux ingrédients issus de matières végétales et de mettre au point des procédés plus durables, notamment en utilisant moins de solvants pétroliers, moins d’énergie et en transformant des déchets en matière première selon le principe de la bioraffinerie.

Partager cet article avec :