Enerkem dans le Global Cleantech 100

Partager cet article avec :

La société canadienne Enerkem, spécialisée dans les biocarburants et produits chimiques verts, annonce qu’elle a été nommée à l’édition 2012 du palmarès Global Cleantech 100, dressé par la société Cleantech Group. La liste Global Cleantech 100 met en lumière le potentiel de sociétés privées du secteur des technologies propres partout dans le monde et se concentre sur les sociétés qui sont les plus susceptibles d’influencer le marché de façon importante au cours des cinq à dix prochaines années. « C’est un honneur de faire partie de cette élite », a déclaré Vincent Chornet, président d’Enerkem. « Enerkem a été fondée sur le principe selon lequel il est possible de mener une vie durable grâce à l’innovation dans le domaine énergétique. Nous sommes très fiers d’être reconnus officiellement pour cela et pour les efforts que nous déployons pour que la transformation des déchets en carburants propres et produits chimiques renouvelables soit une réalité. » Cette année, 8 285 sociétés provenant de 85 pays ont présenté leur candidature. Après évaluation, 236 entreprises ont été sélectionnées et soumises à un jury d’experts pour une sélection finale. Le jury a enfin retenu une liste de 100 entreprises provenant de 13 pays. Le jury est constitué de 75 experts, principalement d’importants investisseurs d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Nord, ainsi que des représentants de multinationales. La liste complète des 100 meilleures entreprises sélectionnées par Global Cleantech et des experts membres du jury est disponible en ligne.  http://www.cleantech.com/global- cleantech-100/. Outre Enerkem, les spécialistes des biocarburants et biomolécules mis à l’honneur pour cette nouvelle édition sont : Avantium, BioAmber, EdeniQ, Genomatica, Joule, LanzaTech, LS9, OPx Biotechnologies, Renmatix
, ZeaChem.

Enerkem crée des biocarburants et des produits chimiques à partir de déchets. Grâce à sa technologie thermochimique exclusive, Enerkem convertit les matières résiduelles solides disponibles en abondance (textiles mélangés, plastiques, fibres, bois et autres déchets non recyclables), en gaz de synthèse, puis en méthanol, éthanol et autres produits intermédiaires entrant dans la fabrication de produits de consommation courante

Partager cet article avec :