Deux membres du Genopole à l’Académie des technologies

Partager cet article avec :

Pierre Tambourin, directeur général du Genopole d’Evry et François Képès, directeur scientifique du programme d’épigénomique, font leur entrée à l’Académie des technologies. Elus en 2012 parmi onze nouveaux membres, ils ont été accueillis officiellement le lundi 18 février au Palais de la Découverte, par Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Pierre Tambourin est directeur général du biocluster Genopole depuis
 2002. Polytechnicien, titulaire d’un DEA de génétique moléculaire, il a
 dirigé le département Sciences de la vie du CNRS de 1993 à 1997. 
Membre du comité de pilotage des Assises nationales de 
l’Enseignement supérieur et de la Recherche en 2012, il remettra
 prochainement à la ministre de la Recherche, le rapport du groupe de 
travail sur la réforme de la politique de transfert et d’innovation pour la 
recherche qu’il dirige avec Jean-Luc Beylat, président du pôle de compétitivité Systematic.

Ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Cachan François Képès, directeur de recherche au CNRS, est fondateur et directeur scientifique du programme d’épigénomique, également directeur du programme de recherche Biointelligence développé au sein de l’institut de biologie systémique et synthétique (iSSB) à Genopole.

L’Académie des technologies extension de l’Académie des sciences

Créée en 2000 à l’initiative de l’Académie des sciences, l’Académie des technologies est présidée depuis peu par Gérard Roucairol. Elle a pour mission d’émettre des propositions pour une meilleure exploitation des technologies au service de l’homme, d’éclairer sur les technologies émergentes, sur les choix stratégiques en apportant la garantie d’une approche indépendante et de contribuer aux débats de société sur les opportunités et risques associés à l’apport des technologies. L’académie rassemble aujourd’hui 277 membres, ingénieurs, industriels, chercheurs, architectes, agronomes, urbanistes, médecins, sociologues ou économistes.

Partager cet article avec :