Des cheveux bientôt obtenus en bio-impression 3D

Partager cet article avec :
Machine de bio-impression.
Machine de bio-impression.

L’Oréal vient d’entamer un partenariat de recherche avec la start-up Poietis dans le but de relever le défi de bio-imprimer un follicule pileux, le petit organe qui produit le cheveu, avec une bio-imprimante.

Poietis a déjà développée la technologie de bio-impression de tissus biologiques assistée par laser. Elle permet de positionner les cellules en 3D avec une grande précision (une résolution cellulaire de l’ordre d’une dizaine de microns) et une viabilité cellulaire extrêmement élevées (+ de 95%). Cette bio- impression se fait par dépôts successifs de micro gouttes d’encres biologiques contenant quelques cellules, couche par couche, par un balayage rapide du faisceau laser. Le tissu biologique vivant ainsi créé entre ensuite dans un processus de maturation d’environ 3 semaines avant d’être exploitable pour des tests.

De son côté, L’Oréal est investi, depuis près de 30 ans, dans l’ingénierie tissulaire avec des réalisations industrielles dans le domaine de la peau. La société détient une connaissance et une expertise uniques dans le domaine de la biologie du cheveu.

« Nous sommes très fiers de faire équipe avec L’Oréal. L’adoption de notre technologie par une société mondialement connue est un grand pas pour Poietis » a déclaré Fabien Guillemot, président et directeur scientifique de Poietis. « La collaboration avec L’Oréal devrait déboucher sur le développement d’applications innovantes en ingénierie tissulaire » ajoute Bruno Brisson, directeur général et directeur du développement d’affaires.

La collaboration pluriannuelle de Poietis et L’Oréal pour mener conjointement des recherches au niveau de la biologie et ingénierie du cheveu permettrait à terme d’ouvrir de nouveaux champs dans la connaissance du cheveu et de disposer de tests d’efficacité exclusifs sur des échantillons de cheveu « imprimés » à partir de cellules.

Partager cet article avec :