Des biolatex à base d’amidon pour le couchage du papier

Partager cet article avec :

L’Institut de nanotechnologie de l’Université de Waterloo (WIN) et la société canadienne EcoSynthetix, fondée en 1996 par deux anciens étudiants en chimie de l’université, se sont associés pour mettre au point la prochaine génération de liants en biolatex pour des applications dans le couchage du papier, le carton ou les produits d’hygiène et de beauté. La technologie d’EcoSynthetix, déjà commercialisée sous la marque EcoSphere, consiste à remplacer le latex traditionnel (souvent des émulsions styrène-butadiène) par une version de latex contenant des nanoparticules issues d’amidon de maïs ou de tapioca. Dans le domaine du couchage du papier par exemple, EcoSynthetix promet que le couchage obtenu à partir de son biolatex offre au papier un aspect identique et des performances équivalentes voire supérieures, avec une empreinte carbone réduite.

Une collaboration prévue pour cinq ans
EcoSynthetix et le WIN vont partager leur expertise dans le développement et la caractérisation de nouveaux nanopolymères biosourcés. Elle devrait aboutir à une nouvelle génération de liants en biolatex pour une large variété d’applications. Le partenariat durera cinq ans. Il est soutenu par un financement de R&D collaboratif NSERC-EcoSynthetix (Natural Sciences and Engineering Research Council of Canada).

Partager cet article avec :