Des bâteaux de pêche naviguent aux biocarburants

Partager cet article avec :

Du 28 au 30 mai, un groupe de chercheurs et d’universitaires finlandais (Université des Sciences Appliquées de Finlande) se rendra au Pays Basque pour prendre exemple sur des pêcheurs locaux. En effet, depuis deux ans et demi, deux bateaux de pêche de Saint-Jean-de-Luz naviguent avec de l’huile végétale pure (HVP), en remplacement du gazole. Cette expérimentation s’inscrit dans le cadre du programme ITSASOA, porté par l’Institut Français des Huiles Végétales Pures (IFHVP), et soutenu par le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche et le Fond Européen pour la Pêche (FEP – axe 3 « projets innovants »). L’IFHVP précise qu’au regard de la Directive européenne 2003/30, l’HVP peut être considérée comme un « biocarburant ».

Un partenariat avec des agriculteurs locaux

Les 30 000 litres d’huile consommés par les navires depuis août 2010 ont été produits par 21 agriculteurs locaux regroupés en coopérative (SCA Nouste Ekilili) avec des cultures en rotation sur 76 hectares. Ces paysans produisaient déjà, avec le soutien de l’IFHVP, de l’huile végétale pure pour le Syndicat d’ordures ménagères Bizi Garbia qui l’utilise, encore aujourd’hui, pour ses camions de ramassage d’ordures ménagères, gros consommateurs en carburant. Cependant, la production d’huile reste secondaire car ses éleveurs visent principalement la production de tourteaux, résidus de pressage, comme alimentation pour leur bétail.

Si l’opération est un succès d’un point de vue environnemental – les deux armateurs navigants ayant considérablement réduit l’émission de gaz à effet de serre liée à leur activité (plus de 75 % équivalent CO2 économisés), elle l’est aussi d’un point de vue technique : les expertises réalisées sur les moteurs ne montrent pas de traces ni d’encrassement après 5000 heures de fonctionnement ni d’usure ou de dysfonctionnement. Aucun problème mécanique n’a été constaté depuis le début de l’expérimentation.

Des coûts de production encore élevés

Toutefois, l’huile végétale pure reste, à l’heure actuelle et dans le contexte du projet, plus chère que le gazole maritime. Ce programme vise donc à définir les leviers d’évolution nécessaires afin de pérenniser la filière.

Pour trouver de nouvelles pistes de diversification énergétique, l’IFHVP travaille également sur un nouveau projet, AREC, lancé sous l’égide de France Filière Pêche. Ce programme aura pour objectif de définir, dans un premier temps, le bilan carbone de l’activité pêche. Puis, dans un deuxième temps, de faire naviguer un bateau de pêche de Capbreton avec de l’huile de friture recyclée.

Partager cet article avec :