Dérivés du pin : Ingevity s’offre des actifs de Georgia-Pacific

Partager cet article avec :

 » 315  millions de dollars, soit près de 267 millions d’euros « ,  c’est la somme que le chimiste américain Ingevity a mis sur la table pour la reprise de l’activité de dérivés du pin de son compatriote Georgia-Pacific. La transaction devrait être finalisée fin 2017. Cette activité englobe des acides gras, des résines et des esters de tallol (tall oil), utilisés dans les adhésifs, les produits nettoyants, les peintures, les revêtements, les encres, ou encore dans les domaines de la métallurgie, des minerais, du pétrole et gaz ou de la production de caoutchoucs. 90 % des ventes de cette activité concernent le marché nord-américain.

Une unité de production dans l’Arkansas

L’offre d’Ingevity comprend la reprise de l’unité de production de Georgia-Pacific au sein de son usine de Crossett, dans l’Arkansas (États-Unis), et ses 70 salariés. L’accord prévoit en outre un contrat de vingt ans pour la production à façon, par Ingevity, de tallol brut (CTO). En revanche, la transaction ne porte pas sur le CTO marchand ni sur l’activité sulfate de térébenthine, que Georgia-Pacific conservera.

Ingevity espère tirer de cette acquisition des synergies de 11 M$ par an, via l’optimisation des coûts de production et de distribution et les complémentarités avec son activité de dérivés du pin. Basé à North Charleston, en Caroline du Sud, Ingevity est spécialisé dans les produits chimiques et les matériaux de performance. Ce groupe de 1 500 salariés, qui dénombre 25 sites industriels dans le monde, a généré en 2016 des ventes de 908,3 M$. En 2017, il table sur des revenus allant de 930 à 950 M$.

Partager cet article avec :