Biocarbuarnts : Deinove signe avec Abengoa et Suez Environnement

Partager cet article avec :
Les Déinocoques permettent de transformer de la biomasse en bioéthanol sans additifs. (c) Déinove
Les déinocoques permettent de transformer de la biomasse en bioéthanol. (c) Deinove

La société française de cleantech s’appuyant sur les bactéries déinocoques a signé coup sur coup deux contrats de collaborations. Le premier a été paraphé avec Abengoa, spécialiste de la production de bioéthanol. Cet accord d’une durée maximale de 36 mois porte sur le développement d’un bioprocédé de production consolidé utilisant les déinocoques pour la transformation de résidus agricoles (fournis par Abengoa) en éthanol à coût compétitif. Ce partenariat intervient quelques mois après que Deinove a réussi à produire de l’éthanol à 9 % à partir de résidus de blé via un procédé utilisant une bactérie déinocoque, et sans l’aide d’additifs (enzyme, levure, antibiotiques ou antiseptique). Cette avancée est issue du programme de recherche Deinol engagé depuis 2010, qui vise à la production de bioéthanol de deuxième génération. Ce programme collaboratif de R&D est financé à hauteur de 8,9 millions d’euros par Oséo-ISI (désormais Bpifrance) au travers d’un partenariat avec le groupe sucrier Tereos. Voulant davantage développer son activité à destination de l’industrie alimentaire, Tereos a renoncé récemment à s’impliquer davantage dans Deinol. Avec cette nouvelle collaboration avec Abengoa, Deinove dispose désormais d’un nouveau partenaire industriel pour son programme de R&D dans les biocarburants.

Valoriser les déchets urbains en éthanol

Deinove a également signé un contrat de deux ans avec le groupe Suez Environnement. Il prévoit une collaboration de R&D pour mettre au point une filière industrielle de transformation de déchets urbains organiques en éthanol via les bactéries déinocoques de la société de cleantech. « Par sa formidable capacité à dégrader tout type de biomasse, le déinocoque permet de créer de la valeur à partir de déchets aujourd’hui peu valorisés. En collaborant avec Suez Environnement, un des leaders mondiaux du traitement et de la valorisation de déchets, nous élargissons nos marchés potentiels et contribuons au développement d’une véritable économie circulaire », déclare Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove. Les déchets organiques constituent un substrat propice à la production de molécules d’intérêt industriel en raison de son abondance, sa richesse en carbone, son coût et sa composition favorable à la croissance de microorganismes. Le partenariat de R&D engagé a pour objectif de définir les conditions optimales de production d’éthanol à l’échelle préindustrielle. Les travaux viseront en particulier le choix des substrats fournis, les conditions de prétraitement, le choix de la souche de déinocoque, et les conditions de production d’éthanol par fermentation.

 

 

Partager cet article avec :