Deinove renforce sa propriété intellectuelle

Partager cet article avec :

La société de biotechnologie industrielle a annoncé avoir reçu 10 accords de délivrance de brevets pour ses procédés de production à base de déinocoques. Il a notamment reçu un premier accord pour son brevet PF7 « Bactéries et leurs utilisations » par l’Office américain des brevets (USTPO). Ce titre protège la production de composés biosourcés tels que l’éthanol, les protéines, les enzymes et des médicaments à l’aide de déinocoques. « La protection brevetaire de nos actifs et de nos technologies est un élément majeur de notre stratégie car elle conforte notre position dans les partenariats que nous développons dans diverses applications avec des industriels. Nous investissons significativement dans ce domaine afin de sécuriser la création de valeur à long terme pour nos actionnaires », déclare Emmanuel Petiot, directeur général de Déinove.

Neuf nouvelles délivrances de brevets

Outre cet accord de délivrance américain, Deinove a également renforcé la propriété intellectuelle pour cinq familles de titres déjà délivrés sur d’autres régions géographiques. Ainsi, la société de biotechnologie a obtenu un accord canadien pour un brevet PF2 « Utilisation de bactéries pour la production de bioénergie ». La société a également bénéficié d’un accord de délivrance PF3 « Méthodes d’isolement des bactéries » en Australie. Un nouvel accord pour son brevet PF5 « Bactéries à hautes performances métaboliques a été délivré au Japon et en Australie. Deinove a également renforcé sa propriété intellectuelle au Japon, en Chine, en Australie et en zone Eurasie pour son titre PF6 « Bactéries recombinantes et leur utilisation pour la production d’éthanol ». Enfin, la société a obtenu une délivrance de brevet aux Etats-Unis pour son titre PF8 « Enzymes et leurs utilisations ».

A ce jour, Deinove détient un portefeuille de brevets pour 19 familles protégeant ses plateformes technologiques, le développement de procédés de sélection de Deinocoques, l’utilisation de ces bactéries en production de composés d’intérêt biosourcés et en applications industrielles. En novembre dernier, il avait obtenu six nouveaux brevets américains pour la production de bioéthanol à l’aide de leur procédé biotechnologique innovant. La société s’est illustrée récemment en annonçant des avancées sur son projet d’identification de microorganismes hyperproductrices de caroténoïdes. Ces composés, au nombre de cinq actuellement, sont destinés aux marchés de la cosmétique, de la nutraceutique et de l’alimentation animale.

Partager cet article avec :