Deinove produit trois molécules d’intérêt industriel

Partager cet article avec :
Bactéries déinocoques utilisées par Deinove.
Bactéries déinocoques utilisées par Deinove.

La société de cleantech a publié les premiers résultats de ses travaux collaboratifs avec l’Inra et Génoplante-Valor. Deinove est ainsi parvenue à produire en laboratoire trois molécules d’intérêt industriel issues de la voie des isoprénoïdes « à des concentrations significatives ». Cette opération s’est appuyée sur l’utilisation d’une souche de Deinococcus geothermalis, intégrant une enzyme-clé améliorée (DXS), élaborée à partir de la technologie de Génoplante-Valor, sur laquelle Deinove a obtenu une option pour la licence exclusive. Issue d’un programme de recherche de l’Inra, cette technologie optimise la biosynthèse des isoprénoïdes au sein des bactéries et des plantes. Les composés obtenus sont des molécules à haute valeur ajoutée, habituellement dérivées du pétrole. Elles sont destinées à des applications diverses : cosmétique, agroalimentaire, la parfumerie, l’hygiène personnelle ou encore la détergence. « Nous devons continuer sur cette lancée et investir de manière significative pour relever le challenge économique et technologique de l’après-pétrole », déclare Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove.

Un programme de R&D dynamique

Cette avancée confirme le bon démarrage du programme Deinochem, lancé par Deinove en novembre dernier. Ce programme de R&D vise au développement et à la commercialisation de procédés de production de molécules d’intérêt à partir de biomasse. Il est doté d’un budget de 15,9 millions d’euros d’ici à 2018, dont une aide publique de près de 6 millions d’euros. Pour financer cette dynamique, la société française de Cleantech a récemment annoncé qu’il envisageait d’effectuer une levée de fonds d’environ 25 millions d’euros très prochainement.

Partager cet article avec :