Deinove présente le bilan de son exercice 2014

Partager cet article avec :
Deinove
Des frais de R&D en hausse de 39%.

Deinove, société de biotechnologie industrielle qui développe des procédés innovants de production de biocarburants et composés biosourcés à partir des bactéries Déinocoques, vient de publier le bilan de son exercice 2014. Société en émergence, Deinove a enregistré une perte nette de 6 458 k€, à comparer à une perte nette de 3 420 k€ sur l’exercice précédent.

Dans le même temps, les frais opérationnels ont augmenté de +29%, à 7 216 k€, en lien direct avec le développement continu des activités de R&D, qui représentent 76% du total de ces dépenses. Les frais administratifs et généraux n’ont augmenté que de +7%.

Parmi les points notables de l’exercice, la société cite une progression de +39% des frais de R&D, résultant de l’accélération des programmes de recherche, tant en interne qu’à travers la sous-traitance à des prestataires privés et à des organismes publics de recherche, notamment au VTT en Finlande. Cette évolution des frais de R&D est en grande partie liée au lancement du 2ème projet phare de Deinove : Deinochem.

Par ailleurs, les investissements en équipements scientifiques se sont accrus, consécutivement au déménagement intervenu en octobre 2013. Et la société a accéléré ses efforts de prospection à l’international, notamment aux États-Unis.

1 656 k€ de Crédit Impôt recherche

Sur l’exercice, Deinove a reçu 1 656 k€ de Crédit Impôt recherche (CIR), 1 480 k€ d’avance remboursable de l’Ademe (1er versement, relatif au programme Deinochem), et a levé un total de 4 178 k€ de capital (net de commissions), dont 3 635 k€ par le biais du dispositif PACEO (Société Générale) et 543 k€ via la ligne de financement en fonds propres mise en place avec Kepler Cheuvreux.

Au 31 décembre, la position financière nette s’élèvait à +2 216 k€, contre +3 088 k€ fin 2013. À la date de la présentation des résultats 2014 (le 31 mars 2015), la situation de trésorerie a été significativement renforcée. Deinove a en effet perçu 1 M€ de l’Ademe en février suite à l’atteinte de l’étape clé 1 du projet Deinochem, et un total de 2,4 M€ par le biais du dispositif de financement Kepler Cheuvreux.

Compte tenu de ces éléments, la société estime être en mesure de financer les programmes en cours jusqu’au-delà du 3ème trimestre 2016.

Faits marquants 2014
– 1 brevet majeur délivré aux États-Unis
– 4 partenariats industriels et scientifiques structurants : Sofiprotéol (Avril) pour Deinochem, Suez Environnement, Abengoa et MBI pour Deinol
Des avancées technologiques significatives pour les deux principaux programmes :
           – Deinol pour la production de biocarburants de 2ème génération : production de bioéthanol à 9%, confirmation des performances de dégradation de la biomasse de Deinococcus, nombreux tests sur matières lignocellulosiques ;
– Deinochem : démarrage prometteur – production de premières molécules issues de la voie des isoprénoïdes et en particulier une large gamme de caroténoïdes à haute valeur ajoutée.

Partager cet article avec :