Deinove perçoit une aide publique de 6 millions d’euros

Partager cet article avec :
Deinove
Les isoprénoïdes de Deinove passent au stade de la démonstration.

La société Deinove, qui développe des procédés basés sur l’usage de bactéries Déinocoques, annonce que son programme de développement Deinochem a été retenu par l’Ademe et le Commissariat général à l’investissement. Ce programme vise à produire des composés chimiques à partir de biomasse non alimentaire telle que la paille de blé, les drêches, les épis de maïs, les cultures énergétiques dédiées et les déchets industriels et urbains (grâce aux bactéries Déinocoques). Et surtout d’arriver à proposer des procédés de bioproduction performants et économiques. Dans le cadre du programme « démonstrateurs et plateformes technologiques en énergies renouvelables et décarbonées et chimie verte », la société percevra donc une aide de près de 6 millions d’euros, l’un des plus importants financements jamais octroyés à la chimie du végétal. Deinove précise que le projet sera soutenu sous forme d’avances remboursables. Un calendrier avec jalons et étapes clés a été établi et une convention entre Deinove et l’Ademe est en cours de rédaction.

Développer au moins deux isoprénoïdes

Deinove utilisera ces fonds pour ses travaux dans le domaine des isoprénoïdes, lancés en 2010 et labellisés par le pôle IAR en 2011, et qui constituent le premier volet du programme Deinochem. La société s’attachera à faire passer au moins deux dérivés de l’isoprène au stade de la démonstration en utilisant un substrat modèle, sur une durée de 3 ans et demi. La famille des isoprénoïdes regroupe des produits comme l’isoprène, les caroténoïdes, le linalol, le géraniol ou encore le myrcène. Ces intermédiaires chimiques sont aujourd’hui en grande partie issus de la pétrochimie et utilisés dans de très nombreux secteurs tels que la chimie de spécialité, la parfumerie, l’alimentation animale, les cosmétiques, la pharmacie….

De son côté Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif a déclaré : « Nous sommes ravis de soutenir ce projet innovant français d’envergure internationale. Deinove a été fondée en France et travaille au développement des solutions de demain avec des technologies de rupture… qui font partie intégrante des innovations françaises à pousser pour être dans la course mondiale ».

Pour accompagner sa croissance, Deinove a emménagé en octobre dans un nouveau bâtiment, Cap Sigma, qui fait partie du Biopôle Euromédecine, géré par l’Agglomération de Montpellier. Les nouveaux locaux sont proches des campus universitaires, des grands instituts de recherche tels le CNRS, l’INRA et le CIRAD et de leurs laboratoires.

Déménagement en octobre

Deinove occupe désormais 1 000 m2 de locaux entièrement aménagés à façon par l’agglomération de Montpellier pour répondre à ses besoins : une salle blanche, qui héberge un équipement robotique de pointe, une plateforme informatique destinée à l’automatisation des assemblages de gènes et la construction de souches, un laboratoire de fermentation allant du petit fermenteur multi-parallèle au fermenteur de 20 litres, des équipements analytiques de pointe permettant de caractériser et de quantifier les molécules produites et un grand nombre de métabolites, ainsi que des équipements nécessaires à la caractérisation des composants de la biomasse végétale.

Partager cet article avec :