Deinove en route pour le bioéthanol G2

Partager cet article avec :
deinove
Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove.

La société de cleantech Deinove annonce qu’elle est parvenue à produire de l’éthanol à 9% « avec des rendements inégalés » en partant de glucose. Pour arriver à cette performance, la société a mis en œuvre sa technologie propriétaire basée sur l’utilisation de bactéries déinocoques et qui est au cœur de son projet Deinol, initié en 2009 et financé en partie par BPIfrance. « À notre connaissance, aucun autre procédé bactérien de fermentation n’a démontré de telles capacités à ce jour : un titre élevé mais également un rendement et une productivité importants, clés de la performance industrielle » a déclaré Jacqueline Lecourtier qui a récemment pris la présidence du conseil scientifique de Deinove.

Optimisation des souches

La société avait communiqué une première fois en 2012 sur la capacité de sa bactérie à transformer 80% d’une biomasse non alimentaire en sucres simples, puis à convertir ce sucre en éthanol dans des fermenteurs de laboratoire (de 1 à 5 litres) avec un titre à 3%. Après optimisation de la souche et robotisation, Deinove obtient maintenant sur la deuxième étape un éthanol à 9% dans des fermenteurs préindustriels de 20 litres. Et la société estime que ce titre de 9% v/v (volume/volume), équivalent à 7,2% wt/v (poids/volume), dépasse largement le titre de 5% d’alcool wt/v, considéré comme le seuil permettant d’envisager une exploitation industrielle du procédé dans les biocarburants de 2e génération.

Démonstration chez Sanofi

Fort de ces résultats, Deinove a démarré une campagne d’essais dans des bioréacteurs de 300 litres (x15 par rapport à l’essai actuel) mis à disposition par Sanofi à Toulouse. Les retours de ces essais, correspondant à des conditions quasi-industrielles, sont attendus pour le 1er semestre 2014.

« Avec un titre à 9%, nous sommes bien au-delà des objectifs que nous nous étions fixés au lancement du programme Deinol. Nous sommes ravis d’avoir obtenu des résultats qui pourraient imposer un nouveau standard de production sur un marché mondial aussi important que celui des biocarburants de 2e génération » a déclaré Emmanuel Petiot, directeur général de Deinove.

 

Partager cet article avec :