De la chimie du végétal dans le 15e appel à projets des pôles

Partager cet article avec :

Le gouvernement a annoncé le 18 mars le résultat du 15e appel à projets des pôles de compétitivité. 72 nouveaux projets de R&D collaboratifs, impliquant 50 pôles de compétitivité, seront financés pour un montant d’aide de l’Etat de 63,5 millions d’euros. Quatre d’entre eux concernent plus spécifiquement le domaine de la chimie du végétal et des algues : Sorago, Symbio2, Trispirabois et Valoralg.

Ces projets, qui associent chacun au moins deux entreprises et un laboratoire de recherche, ont été sélectionnés pour leur caractère particulièrement innovant et l’activité économique qu’ils génèreront, parmi les 143 dossiers présentés au 15Eme appel à projets du Fonds unique interministériel (FUI) des pôles de compétitivité. Ils bénéficieront également de l’aide des collectivités territoriales et des fonds communautaires (FEDER) à hauteur de 43,9 millions d’euros.

« Le nombre, la diversité et la qualité des projets retenus témoignent de la dynamique d’innovation et de partenariat impulsée par les pôles de compétitivité. Chercheurs et entrepreneurs se mobilisent, dans le cadre de coopérations public-privé, sur des projets qui n’auraient pas été lancés sans les pôles de compétitivité » a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

Depuis 2005, l’ensemble des appels à projets du FUI a permis de soutenir 1 245 projets de R&D collaboratifs, entraînant un montant de dépenses de R&D de 5,8 milliards d’euros, un financement public de 2,3 milliards d’euros, dont 1,4 milliard d’euros par l’État, et la mobilisation de 15 000 chercheurs.

Un 16ème appel à projets sera lancé en mars 2013. Les projets seront sélectionnés fin juillet 2013

Les 4 projets sur la chimie du végétal

Sorago est un projet qui vise à développer des peintures industrielles bio-sourcées. Il a été labellisé par le pôle IAR et co-labellisé par Axelera.

SymBio2 est porté par le groupe Séché Environnement, labellisé par Valorial et co-labellisé par Advancity. D’un montant global de 4,9 M€, le projet se voit attribuer une aide de 1,7 M€ par le Fonds Unique Interministériel ; la région Île-de-France, la Mairie de Paris et la région Pays de la Loire. Se déployant sur quatre ans, SymBio2 propose de cultiver des microalgues au sein de « biofaçades » en tirant pleinement profit des échanges thermiques et chimiques avec le bâtiment hôte.

Trispirabois est porté par Egger Rambervilliers, bénéficie de 2,5 M€ sur trois ans. Il vise à développer une technique économique et productive permettant un tri performant des bois pollués par rapport aux bois naturels, mais aussi des bois pollués entre eux. Il a été labellisé par le pôle Fibres et Optitec.

Valoralg a pour ambition de caractériser des actifs issus d’algues invasives et proliférantes, notamment les espèces rouge « Solieria » et brune « Sargasse », et de les potentialiser, grâce à l’association argiles-algues. Basée sur une technologie basse température, le nouveau procédé permettra de conserver les composés protéiniques et glucidiques présents dans ces algues fraîchement récoltées et les propriétés naturelles de leurs actifs. Le projet est porté par la société Olmix et a été labellisé par le pôle Mer Bretagne.


 

Partager cet article avec :