De la biomasse algale pour produire des encres plus durables

Partager cet article avec :

La société hawaïenne Cellana, spécialisée dans le développement de produits à base de microalgues marines principalement pour des applications en nutrition durable (oméga-3, de la DHA), dans le domaine énergétique et en alimentation animale, et son compatriote Living Ink Technologies (Colorado), société de biotech qui utilise des cyanobactéries et des algues pour la production d’encres durables, entament une collaboration. Leur objectif et de développer, puis de commercialiser ensemble des encres, contenant de la biomasse algale, 100% renouvelables et biodégradables.

Cellana produit déjà en quantité industrielle de la biomasse algale à haute valeur ajoutée, sous le nom de ReNew et Alduo, dans son unité de démonstration installée à Kona dans l’archipel d’Hawaï. De son côté, Living Ink utilisera cette biomasse et se chargera de la formulation des encres et de l’accès au marché. Les termes financiers de l’accord n’ont pas été divulgués.

Un partenariat gagnant-gagnant
« Living Ink dispose d’un positionnement unique pour utiliser les algues dans une application à haute valeur ajouté, en utilisant la durabilité inhérente à notre matière première produite à Hawaï », a déclaré Martin Sabarsky, p-dg de Cellana. « Cette utilisation innovante des algues pour remplacer des composants traditionnels à base de pétrole, souvent toxiques, est une solution gagnant-gagnant pour le secteur des encres, les producteurs de biomasse algale, les consommateurs et l’environnement », a poursuivi M. Sabarsky.

Partager cet article avec :