Daniel Verwaerde remplace Bernard Bigot à la tête du CEA

Partager cet article avec :
Daniel Verwaerde, nouvel administrateur du CEA.
Daniel Verwaerde.

Le Conseil des ministres a nommé Daniel Verwaerde, administrateur général du CEA à compter du 28 janvier 2015. Il succède à Bernard Bigot, qui occupait cette fonction depuis 2009.

Né en 1954, Daniel Verwaerde est ingénieur, diplômé de l’Ecole
centrale de Paris et auditeur de la 32ème session du Centre des hautes études de l’armement (CHEAr). Spécialiste en modélisation numérique, il entre au CEA en 1978, à la Direction des Applications Militaires, au sein du Département de Mathématiques Appliquées, dont il assure la direction à partir de 1991.

En 1996, il devient directeur du programme Simulation, destiné à garantir la pérennité de la dissuasion après l’arrêt définitif des essais nucléaires. En parallèle, à partir de 1998, le Haut Commissaire à l’énergie atomique lui demande d’étendre son action au développement de la simulation dans les grands programmes de recherche du CEA.

Directeur du centre CEA/DAM Ile-de-France à compter de juillet 2000, il participe à la mise en œuvre de la politique d’ouverture des grands moyens de la simulation à la communauté civile, notamment via la création du projet Ter@tec, destiné à promouvoir le calcul numérique « hautes performances ».

En janvier 2004, il devient Directeur des Armes Nucléaires du CEA/DAM. A ce titre, il pilote l’ensemble des programmes Armes et Simulation, en particulier la maîtrise d’ouvrage du Laser Mégajoule.

Il est nommé Directeur des Applications Militaires le 3 avril 2007. Outre les programmes Armes et Simulation, il est responsable des programmes de propulsion nucléaire, d’approvisionnement des matières stratégiques, de lutte contre la prolifération nucléaire et des programmes pour l’armement conventionnel confiés au CEA.

Daniel Verwaerde est chevalier dans l’ordre national du Mérite et officier dans l’ordre national de la Légion d’honneur.

La chimie verte au CEA
Dans ses quatre grands domaines d’intervention que sont les énergies bas carbone (nucléaire et renouvelables), les technologies pour l’information et les technologies pour la santé, les Très grandes infrastructures de recherche (TGIR), la défense et la sécurité globale, le CEA mène des recherches et développe des solutions technologiques qui contribuent au développement durable. La chimie y tient une place importante et dans tous les cas, les programmes du CEA s’inscrivent dans le cadre d’une innovation responsable et sûre répondant aux critères de la chimie verte. Ils touchent par exemple des sujets comme le recyclage des métaux, la valorisation du CO2 et de la biomasse, les microalgues, les enzymes et bactéries…

Partager cet article avec :