Culture de coraux tropicaux : Coral Biome lève des fonds pour un programme en santé

Partager cet article avec :
Formule chimique de la palytoxine.
Formule chimique de la palytoxine.

Spécialiste des coraux tropicaux (dont elle maîtrise la culture d’une centaine d’espèces pour la recherche en santé et l’aquariophilie), la société marseillaise Coral Biome vient d’engager une levée de fond de 750 000 euros par le biais du crowdfunding.

Cette opération est hébergée par le site Anaxago.com, une plateforme de financement participatif spécialisée dans le financement de startups et PME de croissance. Les détails concernant le projet et le démarrage du programme sont accessibles aux investisseurs sur inscription sur Internet. La société organise une soirée portes ouvertes à Marseille le 24 juin 2016 pour les investisseurs.

Les vertus de la palytoxine

Coral Biome a récemment mis en évidence des molécules d’intérêt en santé humaine, principalement des molécules cytotoxiques, pour traiter les cancers. L’une d’entre elles, la palytoxine (brevet propriétaire en partenariat avec l’Institut de Recherche pour le Développement, IRD), s’est révélée d’une efficacité inédite à des doses infinitésimales (IC50 < 1picomolaire) lors de tests fonctionnels sur plus de 40 lignées cancéreuses représentant un panel de cancers humains les plus courants (cerveau, sein, leucémie, peau, poumons…) dont certaines sont résistantes aux thérapies actuelles. « La palytoxine est un million de fois plus active sur les cellules cancéreuses que sur les cellules saines et porte donc l’espoir d’un traitement extrêmement efficace sans effets secondaires » précise la société.

La levée de fonds doit lui permettre de poursuivre ses études en phase préclinique, valider l’effet anticancéreux et son absence de toxicité développements.

Wikipédia nous apprend que la palytoxine a été isolée pour la première fois à Hawaï en 1971 à partir de cnidaires de l’ordre des Zoantharia, et sa structure chimique a été publiée en 1982. Sa synthèse totale a été réalisée en 1994.

Partager cet article avec :