Corinne Bourdet prend la direction de Rennes Atalante

Partager cet article avec :
Corinne Bourdet, nouvelle directrice de Rennes Atlante.
Corinne Bourdet, nouvelle directrice de Rennes Atlante.

Corinne Bourdet a pris la direction de Rennes Atalante le 20 janvier dernier. En occupant le poste depuis 8 mois en raison de l’absence pour maladie de Yann-Yves Le Goffic, elle a déjà pu prendre la fonction en main, diriger les 18 personnes de l’équipe et piloter l’ensemble des missions de la technopole.

Agée de 48 ans, elle a appréhendé pour la première fois les questions de développement économique au travers d’un stage de fin d’études à Rennes Métropole. Elle a tout de suite poursuivi par un contrat d’un an comme chargée d’affaires au sein de la direction du développement économique. C’est ensuite à l’agence économique de Nantes qu’elle découvre le métier de communicante. En avril 1994, elle intègre Rennes Atalante pour prendre en charge les actions de communication et d’animation de la technopole. En octobre 2005, on lui confie la direction et l’animation de l’équipe Animation-Communication.

Corinne Bourdet est diplômée de l’IGR-IAE de l’Université de Rennes 1 et de l’Université du Maine en gestion de l’entreprise exportatrice.

A propos de Rennes Atalante

L’association Rennes Atalante, créée en 1984 par Rennes Métropole, a pour mission de contribuer au développement économique par l’innovation. L’équipe de 18 salariés a pour missions :

  • l’appui à la création et au développement d’entreprises innovantes,
  • l’animation d’un réseau d’acteurs de l’innovation technologique en Ille-et-Vilaine,
  • l’aide à l’expérimentation,
  • le marketing territorial de la technopole Rennes Atalante en France et à l’étranger.

Elle est financée majoritairement par les collectivités : Rennes Métropole, le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, le Conseil régional de Bretagne, Saint-Malo Agglomération, la CCI Saint-Malo Fougères, Fougères Communauté mais aussi par les entreprises. Elle fédère près de 300 adhérents dont 80 % d’entreprises de technologies et 12 % d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche en Ille-et-Vilaine.

Partager cet article avec :