Contenu biosourcé : BASF développe sa méthode de bilan massique

Partager cet article avec :
BASF
BASF veut introduire de la biomasse dans certaines de ses installations.

BASF revient sur son approche de bilan de masse (mass balance) pour l’utilisation de matières premières renouvelables dans une production intégrée. Sur la base de cette approche, BASF peut utiliser de la biomasse comme matière première complémentaire dans des usines déjà existantes et qui fonctionnaient jusque là avec de la matière première d’origine fossile. Une part de biomasse est ensuite attribuée aux produits commercialisés en fonction de la masse introduite au départ. Jusqu’à 100 % de matière première fossile peut ainsi être remplacée dans le produit final. Pour garantir le contenu en produit biosourcé, BASF utilise une nouvelle méthodologie certifiée en collaboration avec l’organisme de certification TÜV SÜD. Ce dernier a déjà émis des certificats pour 14 produits de BASF. Il s’agit notamment de super-absorbants pour couches-culottes, de polymères de performance pour les produits électroniques et d’autres intermédiaires.

Bionaphta et biogaz traités comme leurs analogues fossiles
«  Cette nouvelle méthode nous permet de répondre rapidement et avec souplesse aux souhaits des clients » a déclaré le Dr Lars Borger de la division Performance Materials. Ainsi, du bionaphta et du biogaz, dérivés de déchets organiques, peuvent être utilisés dans une approche de bilan massique. Comme dans le cas de produits analogues issus de la pétrochimie, ils sont introduits dans les unités au début du processus de fabrication : le bio-naphta est introduit dans l’unité de vapocraquage et le biogaz dans les installations de gaz de synthèse.

La division Dispersions et Pigments a d’ores et déjà livré un gros client en adhésifs utilisant cette méthode de bilan massique. A partir de la fin du mois d’octobre, la méthode du bilan massique sera mise à disposition par TÜV SÜD pour d’autres industriels de la chimie.

Partager cet article avec :