Congrès scientifique ISGC 2015 : La chimie du végétal à l’honneur à La Rochelle

Partager cet article avec :
Joël Barrault, directeur de recherche au CNRS à Poitiers (IC2MP), est à l'origine du congrès ISGC.
Joël Barrault, directeur de recherche au CNRS à Poitiers (IC2MP), est à l’origine du congrès ISGC.

L’International Symposium on Green Chemistry est un congrès scientifique dédié à la chimie du végétal et produits recyclés. On y parlera beaucoup de déconstruction de la biomasse, mais aussi de nouveaux produits, de biopolymères, de catalyse, de procédés et de nouveaux modes d’activation.

Du 3 au 7 mai prochain se tiendra à La Rochelle la 3e édition de l’International Symposium on Green Chemistry (ISGC 2015). Il s’agit d’un congrès scientifique désormais bisannuel dédié à la chimie verte, et plus particulièrement à tous les concepts permettant une transformation sélective de la biomasse végétale ou de co-produits et déchets. Seront examinés les verrous scientifiques et technologiques qui apparaissent quand on souhaite utiliser de la biomasse pour produire des intermédiaires chimiques ou des molécules à haute valeur ajoutée. Imaginée par Joël Barrault au début des années 2000, directeur de recherche au CNRS à Poitiers (IC2MP), cette manifestation organisée maintenant avec François Jérôme, également directeur de recherche au CNRS (IC2MP), a pour objectif de réunir des chercheurs industriels et académiques des quatre coins de la planète pour présenter l’état d’avancement de leurs travaux. « Nous attendons 700 participants en provenance d’une trentaine de pays. Tous les continents seront représentés » explique Joël Barrault. ISGC 2015 est un peu le pendant européen de l’Annual Green Chemistry & Engineering Conference, soutenue par l’American Chemical Society. En Europe, on dénombre quelques manifestations sur la chimie verte (à l’image du Plant Based Summit qui se tient du 8 au 10 Avril à Lille), mais elles sont davantage consacrées aux marchés, aux produits et applications.

A ISGC 2015, on parlera beaucoup plus de la science nécessaire pour atteindre les objectifs à partir de renouvelables et autres. Ce sont d’ailleurs les propositions de communications de chercheurs, dans un champ défini par le comité d’organisation, qui forgent le programme final.

Ainsi joel Barrault souligne que ce congrès consacrera une bonne place au désassemblage sélectif de la biomasse lignocellulosique qui est l’un des principaux verrous à lever pour le déploiement d’une chimie du végétal compétitive et vertueuse au plan environnemental. « Comment avoir un fractionnement sélectif et économe en énergie permettant d’obtenir des fractions propres et bien caractérisées ? Quels sont ensuite les milieux réactionnels, les systèmes catalytiques, les nouveaux modes d’activation physique pour la transformation sélective de ces matières premières en grands intermédiaires ou produits finis ? ». Nous avons eu beaucoup de demandes dans ces domaines :

  • Biomasse, solvants, milieux alternatifs (l’efficacité du milieu doit prendre en compte des considérations de coût, de toxicité et de recyclabilité).
  • Nouvelles techniques d’activation de la biomasse. L’intérêt de technologies comme les plasmas, les microondes et les ultrasons sera examiné au regard de l’étude de mécanismes réactionnels.
  • Matériaux catalytiques dédiés par rapport à ceux utilisés jusqu’à présent (La matière végétale a la particularité de contenir des molécules fortement oxygénées. Les traditionnels catalyseurs de la pétrochimie ont parfois du mal à prouver leur efficacité).
  • Couplage des catalyses avec une activation physique

En outre parmi les autres centres d’intérêt, les organisateurs d’ISGC 2015 promettent également de faire la part belle aux biopolymères. De nombreux travaux ont été présentés à partir des principales familles de végétaux ou de réactifs issus de leur fractionnement (cellulose, hemicellulose, lignines, lipides, ..).

Tous ces travaux seront exposés sous la forme de conférences et keynotes mais également communications orales. Une session spéciale en direction de la thématique « cosmétiques » sera animée par L’Oréal et une autre session sera dédiée aux Start-up, PME et centres techniques.

En outre pendant ce symposium, les membres du programme COST-Europe ‘chimie verte’ organiseront l’une de leurs sessions de travail. Il en sera de même du réseau des jeunes chercheurs en chimie verte « NESSE » des USA.

Enfin les organisateurs proposent également de remettre :

  • Un grand prix de la chimie verte dédié à une avancée scientifique significative et remarquable/verrou scientifique et technologique, dans le domaine de la chimie verte appliquée aux matières premières renouvelables et recyclées. Toutes les approches et concepts sont concernés (cf thématiques du symposium mais la liste n’est pas limitative).
  • Un Prix jeune chercheur (35 ans maxi) également attribué à une contribution scientifique dans le même domaine et sponsorisé par le réseau international de Chimie verte (coordonné par james CLARK, directeur de l’institut de chimie verte de YORK/UK)
  • un prix récompensant le meilleur poster

Plus d’informations : www.isgc2015.com

ISGC 2015 en chiffres
10 conférences plénières
16 keynotes
258 communications orales
400 posters
6 sessions scientifiques et techniques parallèles

 

Partager cet article avec :