Concours mondial d’innovation : les protéines récompensées

Partager cet article avec :

La Direction générale des entreprises (DGE) a publié sur son site Internet le nom des 5 projets lauréats de la phase II de la 1ère édition du Concours mondial d’innovation, primés dans la catégorie « Protéines végétales et chimie du végétal ». Il s’agit des projets Avalon, Drop2Feed, Evrynsect, G En Vie et Plaisir.

Le Concours mondial d’innovation propose d’aider les entreprises en 3 phases dans le cadre du programme des investissements d’avenir (PIA), soutenu par Bpifrance. La phase I dite « d’amorçage » est soutenue à hauteur de 200 000 euros. Elle est suivie de la phase II, dite « de levées de risques » (soutien de 1 à 3 M€), puis de la phase III, dite « de développement » (soutien de 20 M€). Par ailleurs, les projets doivent s’inscrire dans le cadre de 8 ambitions, dont la n°4 consacrée aux « protéines végétales et chimie du végétal ». La première édition du concours a d’ores et déjà primé des projets en phase I et II. Une deuxième édition édition, qui a été lancée fin 2015, prime actuellement une nouvelle série de projet en phase I.

Les 5 projets de phase II (1ere édition du concours)

  • Le projet Avalon, porté par Avril, contribuera à développer la valeur et les volumes des productions oléo-protéagineuses métropolitaines, par une diversification et un enrichissement de l’offre de protéines végétales.
  • S’inscrivant dans la stratégie d’innovation du groupe Soufflet, le projet Drop2Feed (déjà lauréat en phase I) vise à développer une nouvelle génération d’additifs naturels pour l’alimentation animale. Les additifs courants comportent des enzymes microbiennes capables d’améliorer la digestibilité des céréales chez l’animal d’élevage. L’entreprise propose de mettre à profit une nouvelle technologie de criblage et de séquençage à très haut débit, dite microfluidique digitale, afin de sélectionner des microorganismes et enzymes favorisant l’assimilation des fractions céréalières peu nutritives – comme les drêches – mal digéré par les animaux d’élevages.
  • Lauréat de la phase 1, Ynsect utilise les insectes pour convertir la biomasse et transformer ces insectes en composants d’intérêt pour les secteurs de la nutrition et de la chimie verte. Le programme Evrynsect2 a pour but de créer une filière industrielle de l’insecte à forte valeur ajoutée sociétale pour répondre au défi protéique. Il validera et développera les positions marchés d’Ynsect en nutrition animale, et particulièrement en pet food et en alimentation des poissons d’élevage.
  • Le projet G EN VIE (Goût et équilibre nutritionnel pour une nouvelle viande végétale), porté par Tereos, contribuera à mettre au point des analogues de viande à base de protéines de blé et d’ingrédients complémentaires afin d’atteindre un profil nutritionnel et organoleptique de haut qualité à coûts modérés. Les produits seront proposés aux flexitariens (consommateurs qui réduisent leur consommation de viande sans pour autant être végétariens). A l’issue du projet, des lignes industrielles opérationnelles produiront les analogues de viande à hauteur de 1000kg/h.
  • L’objectif du projet Plaisir est de contribuer à l’émergence et à la structuration d’une nouvelle filière alimentaire basée sur les micro-algues. Cette production de protéines végétales à partir de micro-algues, qui est ciblée sur la spiruline dans le cadre de ce projet, a vocation à être accessibles à tous, soit sous forme d’aliment, soit via des systèmes de production locaux (phytotières). Le projet est proté par l’entreprise toulousaine Alg&You (lauréat de la phase I).

Tous ces projets pourront concourir s’ils le souhaitent pour la phase III. l’appel à candidature est attendu d’ici à la fin de l’année.

Partager cet article avec :