Colles pour panneaux : Evertree lève 15 M€ pour passer au stade commercial

Partager cet article avec :
Une technologie basée sur la valorisation des tourteaux de Colza.

La société Evertree qui valorise des tourteaux de colza en produits chimiques verts vient de lever 15 millions d’euros supplémentaires auprès de ses actionnaires historiques, à savoir le groupe Avril (60%) et Bpifrance (40%), via le fonds Sociétés de Projets Industrielles (SPI) géré dans le cadre du programme des Investissements d’avenir. Sa précédente levée de fonds de 5 millions d’euros remonte à 2017.

Deux ans après sa création et un an après l’inauguration d’un premier centre d’innovation à Venette (Oise), dans les locaux de la plateforme Pivert, Evertree vient d’enregistrer de nouveaux succès. Alors qu’elle a mis au point un premier additif biosourcé capable de se substituer partiellement aux colles utilisées dans les panneaux de bois (OSB, MDF/HDF et panneaux de particules), la société a testé avec succès auprès d’industriels sa solution, baptisée technologie SynerXiD, à la fois performante et compétitive. Ces derniers ont pu substituer entre 20 et 40% de résines à base de formaldéhyde qu’ils utilisent traditionnellement dans leurs unités de production avec un minimum de modifications. Nicolas Masson, directeur général d’Evertree, explique que l’additif développé étant proposé sous forme de poudre, la solution d’Evertree comprend aussi un matériel de mélange pour mettre une mise en solution du produit en avant de l’additionner à la résine traditionnellement utilisée.

Plus de 50000 m2 de panneaux déjà produits

« Sur les 12 derniers mois, plus de 50000 m2 de panneaux ont été produits chez nos clients puis commercialisés » assure Nicolas Masson. Et les résultats ont été plus que probants. D’une part la technologie SynerXiD a permis de réduire sensiblement les émissions de COV pendant la production de panneaux. Par la suite, les cloisons ou meubles réalisés à partir de ces panneaux seront également moins émissifs dans les espaces intérieurs qui les abriteront.

D’autre part, pendant la production de ces panneaux, les industriels ont noté une amélioration de la productivité de l’ordre de 10 à 20%. Elle est liée à une meilleure interaction entre le matériau bois et la nouvelle résine qui permet une cuisson plus rapide du panneau.

Ce sont des chercheurs américains qui sont à l’origine de cette découverte, soutenues par la société israélienne Biopolymer Technologies également actionnaire d’Evertree. La technologie exploite des propriétés inhérentes aux tourteaux de colza riches en polysaccharides mais aussi en protéines qui leur confèrent des propriétés émulsifiantes, gélifiantes et cette capacité à polymériser. D’ailleurs, pour fabriquer cet additif, les tourteaux sont simplement broyés et additivés. Mais les recherches se poursuivent, désormais dans les locaux de Pivert et dans un centre de R&D au nord de Philadelphie (Etats-Unis), pour mettre au point un produit qui ne sera plus seulement un additif mais aussi une résine susceptible de remplacer les résines formaldéhyde au delà de 50% pour pouvoir prétendre à un label vert, et peut-être un jour jusqu’à 100%.

Lancement commercial en 2019

Reste maintenant à Evertree à décrocher de premiers contrats industriels pour un lancement commercial officiel de son premier produit à l’horizon 2019. Les tonnages seront alors fournis par des sous-traitants qui ont d’ores et déjà été sélectionnés. Au delà, ce qui intéresse le groupe Avril et Bpifrance, c’est bien la construction d’une unité de production sur le territoire français, probablement à Grand-Couronne près de Saipol (filiale d’Avril), et qui s’approvisionnera en tourteaux issus de l’agriculture française. Cette unité qui pourrait voir le jour à l’horizon 2020 avec une capacité de production de 25000 tonnes par an de tourteaux (sur une production française totale de 3M t/an) nécessitera au préalable une nouvelle levée de fonds.

Michel Boucly, directeur général délégué du groupe Avril, justifie l’engagement de son groupe sur ce projet : « l’objectif d’Avril est de remettre de la valeur dans la graine de colza. Depuis 4 ans, nous nous focalisons sur la protéine de colza et cette technologie est spectaculaire. Elle ne nécessitera pas des volumes importants de tourteaux, mais elle apportera de la valeur ajoutée. Nous souhaitons que cela profite aux agriculteurs et à la France ».

Partager cet article avec :