Codexis et Chemtex : des alcools cellulosiques au stade pilote

Partager cet article avec :

Codexis, fournisseur d’enzymes pour les secteurs pharmaceutique, chimique et des biocarburants, et Chemtex, un spécialiste du génie chimique et des procédés renouvelables, annoncent qu’ils ont produit à grande échelle des alcools CodeXol à partir de sucres cellulosiques pour le secteur de la détergence. Cette production a été opérée dans une installation de démonstration de 1500 litres sur le site italien de Tortona de Chemtex. L’unité combine la technologie de production de sucre cellulosique Proesa de Chemtex et les enzymes CodeXyme 4X cellulases de Codexis permettant d’utiliser de la biomasse non alimentaire. Ensuite, l’alcool est produit par fermentation de ces sucres en utilisant la technologie CodeXol de Codexis, basée sur d’autres microorganismes.

Une plateforme technologique autour du sucre cellulosique
Guido Ghisolfi, président de Chemtex, a déclaré: « La technologie Proesa a fait ses preuves à l’échelle commerciale pour la production d’éthanol cellulosique comme en témoigne le succès du démarrage de notre usine commerciale de Crescentino, en Italie. Cette réalisation est une preuve supplémentaire que notre plateforme technologique de sucre cellulosique est la meilleure de sa classe pour conduire à un large éventail de produits chimiques d’origine biologique à l’aide de sources renouvelables non alimentaires. Elle valide également notre conviction que la généralisation de ces technologies au-delà du laboratoire est essentielle pour amener la courbe d’apprentissage vers la viabilité commerciale. »
Les alcools pour la détergence qui sont actuellement fabriqués à partir d’huiles, de graisses naturelles ou de produits pétrochimiques, représentent un marché de 4 milliards de dollars qui devrait atteindre 5,5 milliards de dollars en 2020. Codexis et Chemtex se sont lancés dès 2011 dans la production de produits chimiques à haute valeur ajoutée à partir de biomasse non alimentaire, avec le pari d’arriver à des coûts de production plus faibles que ceux des unités existantes.

Partager cet article avec :