Chimie du bois : nouvel ignifugeant biosourcé pour les parquets

Partager cet article avec :
Les parquets pourraient être bientôt ignifugés avec des formulations biosourcées.
Les parquets pourraient bientôt être ignifugés avec des formulations biosourcées.

La structure Aquitaine Science Transfert (SATT Aquitaine) annonce qu’elle a validé lors de ses conseils d’Administration de juin, juillet et octobre 2014, 475 000 euros d’investissements pour 7 nouveaux projets en maturation. Parmi eux, il en est un, le projet BIP, qui porte sur une nouvelle formulation d’ignifugeant biosourcé pour les parquets.

Les technologies existantes pour rendre le bois ignifuge sont généralement des formulations polymères pétrosourcées, avec un ajout de charge minérale ignifuge comme des hydroxydes métalliques, des additifs bromés et chlorés ou des plastifiants à base de phosphates.

Des chercheurs de l’équipe Polymères et Chimie des Polymères à l’Institut Pluridisciplinaire de Recherche sur l’Environnement et les Matériaux (IPREM)* ont développé, un traitement de surface biosourcé, renouvelable et non toxique pour les parquets d’intérieur en bois permettant d’améliorer leur résistance au feu.

L’utilisation de ressources naturelles régionales

Pour cela, des résines d’imprégnation réticulables ont été formulées à partir de ressources naturelles renouvelables produites en Aquitaine : des tanins, issus d’écorces de pin maritime et des dextrines issus d’amidon de maïs. Ce revêtement ignifuge de surface pour le bois devrait prendre la forme d’un vernis.

 » Cette nouvelle technologie, développée en partenariat avec Rescoll (ndlr société de recherche indépendante), s’avère particulièrement prometteuse par son caractère biosourcé, renouvelable et non toxique. Sa formulation se fait en milieu aqueux, donc sans solvant organique. Elle n’émet pas de composés organiques volatils et ne contient pas de charge susceptible d’être relarguée dans l’environnement. De plus, elle semble pouvoir rentrer dans les critères du label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement)  » précise l’organisme chargé de valoriser la recherce académique.

L’accompagnement de la SATT Aquitaine

L’aide accordée par Aquitaine Science Transfert sur ce projet va permettre dans un premier temps d’optimiser la formulation, la réticulation et la couleur de la résine, d’étudier sa résistance au feu et d’analyser le cycle de vie du processus dans son ensemble. Une consolidation de la propriété intellectuelle devrait être réalisée, avant de porter la technologie sur les marchés. Des partenaires industriels locaux comme FP Bois, ont déjà pu montrer un intérêt marqué par l’invention, ce qui devrait lui assurer un débouché commercial, renforcé par de bonnes perspectives pour l’application de tels produits.

* Unité Mixte de recherche rattachée à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et au CNRS

 

 

Partager cet article avec :