Cargill entre dans le capital de Genomatica

Partager cet article avec :
Genomatica
Installation de fermentation de sucres chez Genomatica.

Genomatica et Cargill ont conclu un accord de collaboration pour accélérer la production de produits chimiques renouvelables pour des applications industrielles. Accord renforcé par une prise de participation de Cargill dans le capital de Genomatica.
« Les services de Cargill offrent à Genomatica une voie innovante pour accélérer le déploiement de sa technologie et mieux servir l’industrie chimique et les besoins des consommateurs », a déclaré Christophe Schilling, p-dg de Genomatica. Cargill apporte en effet la matière premières végétales, mais également la possibilité de s’installer à proximité de ses sites industriels et de profiter de ses infrastructures et services à des coûts compétitifs dans le cas d’une industrialisation des technologies de process GENO, développées par Genomatica. Une opportunité pour « dérisquer » l’investissement industriel.

Une stratégie multiplateformes

Rappelons que le programme le plus avancé de Genomatica concerne le butanediol, dont des licences à déjà été concédées notamment à BASF. Mais Genomatica s’intéresse aussi au butadiène et aux intermédiaires Nylon : hexaméthylènediamine (HMD), caprolactame (CPL) et acide adipique (ADA). Genomatica travaille également sur la 2G. la société a fait évoluer son procédé fermentaire GENO BDO, pour offrir la possibilité à ses souches de transformer des hydrolysats de lignocellulose riches en sucres C5 et C6.

Partager cet article avec :