Carbios renforce sa propriété intellectuelle

Partager cet article avec :

La société spécialisée dans les technologies de valorisation de déchets plastiques Carbios a annoncé la délivrance de deux brevets aux Etats-Unis. Le premier est relatif au procédé propriétaire d’inclusion d’enzyme dans les plastiques, tandis que le deuxième protège une souche capable de dégrader l’acide polylactique (PLA). Ces deux actes permettent à la société de sécuriser ses technologies en vie de « l’exploitation industrielle d’une nouvelle génération de plastiques biodégradables à durée de vie programmée ». En outre, Carbios a levé les options de licence mondiale relatives à ces brevets. Ainsi, son procédé propriétaire d’inclusion enzymatique est protégé aux Etats-Unis et en France tandis que sa souche dégradant le PLA est brevetée en Europe, aux Etats-Unis, au Mexique, en Chine et au Japon. La levée de cette option va permettre à la société de concéder des sous-licences à des industriels pour son procédé de biodégradation. « Carbios renforce constamment la couverture brevet autour de ses innovations pour conforter sa position stratégique, créer la valeur pour ses actionnaires et assurer la future exploitation de ses procédés via des partenariats que nous mettons en place avec les industriels », déclare Jean-Claude Lumaret, directeur général de Carbios. Aujourd’hui, le procédé de biodégradation de Carbios repose sur 9 familles de brevets : 3 portant sur la biodiversité et 6 sur les procédés de production de plastiques biodégradables.

Plusieurs développements sur le PLA

Depuis quelques années, Carbios a effectué de nombreuses avancées autour de son procédé de biodégradation du PLA. En novembre 2014, il était parvenu à dépolymériser par voie enzymatique à 90 % ce polymère en 48h dans le cadre du projet Thanaplast. Carbios a franchi le stade du pré-pilote pour sa technologie de biodégradation du PLA en juin 2015. Résultat pour lequel il a reçu une somme de 1,6 M€ au titre du franchissement de la troisième phase du programme Thanaplast de la part de Bpifrance.

 

 

 

Partager cet article avec :