Braskem, IFPEN et Millidrop, nouveaux partenaires pour TWB

Partager cet article avec :
Les laboratoires de TWB à Toulouse.

Le démonstrateur toulousain TWB, dirigé par Pierre Monsan (professeur émérite Insa Toulouse et Mines ParisTech) a annoncé l’arrivée de 3 nouveaux partenaires industriels dans son consortium au 1er janvier de l’année. Il s’agit du groupe pétrochimique brésilien Braskem, de l’IFPEN et de la société Millidrop.

Cette information a été dévoilée à l’occasion de la réunion du Comité d’Orientation Stratégique (COS) qui s’est tenue les 15 et 16 mars 2018.

Le consortium industriel se compose désormais de 46 partenaires privés et publics (8 grandes entreprises, 1 ETI, 8 PME, 13 TPE, 7 fonds d’investissement et structures de valorisation, 9 partenaires publics) qui interviennent dans divers secteurs : agro-industrie / chimie (matériaux et produits) / équipement / solutions biotechnologies / arômes, parfums et cosmétologie / énergie et pharmacie.

Un accord de consortium lie TWB et l’ensemble des partenaires. Il permet notamment de simplifier les négociations contractuelles et d’aboutir très rapidement à la mise en place de projets collaboratifs. Des règles simples de propriété intellectuelle ont été prédéfinies.

Jean-Claude Lumaret, président du COS

Dans un second temps TWB a procédé à l’élection du nouveau président et des deux vice-présidents du COS. A l’unanimité et pour un mandat de trois ans, Jean-Claude Lumaret (Carbios) remplace Paul Colonna (directeur scientifique adjoint Inra) au poste de président. Il sera assisté de deux vice-présidents : Monique Axelos (Inra) et Nicolas Seeboth (Michelin).

Enfin, comme chaque année, l’ensemble des partenaires ont choisi les projets de recherche, présentés par différents laboratoires de l’Insa, de l’Inra et du CNRS, qui seront autofinancés (projets pré-compétitifs) par TWB en 2018. 4 projets ont été sélectionnés parmi les 10 présentés suite à l’appel à projets. L’objectif de ces projets de recherche fondamentale est de générer des innovations technologiques, voire des ruptures, qui pourraient être économiquement valorisables.

Partager cet article avec :