Borregaard : Double investissement à Sarpsborg

Partager cet article avec :
Borregaard travaille sur la valorisation du bois.

Borregaard prévoit d’investir 500 millions de couronnes norvégiennes (52 M€) dans un programme visant à moderniser et à spécialiser ses installations de production de dérivés de lignine sur son site de Sarpsborg en Norvège. Les travaux seront achevés d’ici à la fin 2019.

Dans le détail, le projet comprend une nouvelle capacité de séchage, des réservoirs pour le stockage de liquides et des améliorations d’infrastructures de logistique et de gestion de l’énergie. Les nouveaux réservoirs de stockage pour les liquides répondront notamment aux normes environnementales futures et élimineront le besoin de capacité de stockage externe, réduisant ainsi les coûts logistiques. Les nouvelles infrastructures énergétiques sont destinées à réduire les coûts de l’énergie et à offrir des avantages substantiels pour l’environnement et la sécurité.
La capacité de production de lignine sur le site de Sarpsborg est actuellement de 160 000 tonnes de solides secs par an, avec une part croissante de produits de spécialité. « Le nouvel investissement permettra une plus grande spécialisation sur la base d’une matière première unique et réduira l’exposition aux segments de marché cycliques. Il facilitera également l’optimisation des campagnes de production et améliorera la logistique » a commenté la société.
Après la lignine, la cellulose

Ce projet fait suite à l’annonce d’un investissement de 115 millions de couronnes norvégiennes (12 M€) visant à accroître la capacité de production de celluloses de spécialités Ice Bear, toujours à Sarpsborg. Cet investissement sera finalisé au deuxième semestre de 2018 et amènera la capacité d’Ice Bear à environ 60 000 tonnes/an.
Les produits Ice Bear entrent également dans le cadre d’un projet visant à amener une plus grande spécialisation des produits de Borregaard, en développant des « niches dans les niches », explique la société. Il s’agit de produits de classe mondiale dans des segments de marché ayant des exigences de qualité parmi les plus strictes.
La montée en puissance de la production d’Ice Bear sera basée sur la demande du marché. Pour Borregaard, le potentiel de marché en volume est estimé à environ 20 à 30 000 tonnes par année d’ici la fin de 2018.

Partager cet article avec :