BluEcoPHA ou produire du PHA à partir des microorganismes bretons

Partager cet article avec :
JEAN-LUC AUDIC.
JEAN-LUC AUDIC.

Depuis plusieurs années, les travaux de recherche de Jean-Luc Audic, membre de l’équipe CIP (Chimie et Ingénierie des Procédés à l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Rennes) (UMR 6226 Institut des Sciences Chimiques de Rennes) portent sur l’élaboration de nouveaux matériaux biosourcés et/ou biodégradables à partir de coproduits issus de l’industrie agroalimentaire.
Après avoir mis au point un film plastique à partir de protéine du lait puis après avoir élaboré une vaisselle végétale 100% biodégradable à partir de feuille de Sal (arbre indien), tous deux brevetés, Jean-Luc Audic s’intéresse désormais aux plastiques bactériens.

Un programme collaboratif

Pour cela, il participe au programme de recherche BluEcoPHA soutenu par l’Ademe associant chercheurs et industriels parmi lesquels on trouve les groupes Europlastique, Triballat-Noyal, Séché Environnement, ou encore Elixance. « Je m’intéresse plus précisément à la production de plastique par fermentation bactérienne. Après avoir découvert sur nos côtes bretonnes des bactéries marines qui présentaient cette aptitude, nous avons mis en culture ces bactéries dans un bioréacteur (une cuve permettant de contrôler le développement des bactéries, la température, l’oxygène…) dans un substrat composé de coproduits issus de l’activité agricole ou de l’industrie agroalimentaire. Après avoir obtenu une croissance des microorganismes satisfaisante, nous soumettons les bactéries à un stress alimentaire. Privées de certains nutriments, celles-ci se mettent alors à faire des réserves énergétiques en produisant des granules de PHA (polyhydroxyalcanoate) » explique Jean-Luc Audic.

Un passage à l’étape pré-industrielle

Compte tenu de ses bonnes propriétés barrière aux gaz, le PHA constitue un plastique d’intérêt dans la fabrication de matériaux d’emballage utiles à la préservation des aliments. « Actuellement, nous travaillons avec un prestataire pour la mise en oeuvre à l’échelle semi-industrielle du procédé de fermentation bactérienne et de production de plastique » a-t-il précisé. L’étape de pré-industrialisation du projet BluEcoPHA est prévue pour courant 2017.

Source ENSCR 

Partager cet article avec :