Biotech blanche : BASF chef de file du programme européen Prodias

Partager cet article avec :
BASF est un grand producteur de vitamines.
BASF est un grand producteur de vitamines.

Le groupe allemand BASF est le chef du file d’un nouveau consortium de recherche baptisé Prodias (PROcessing Diluted Aqueous Systems). L’objectif de ce programme est de développer des technologies efficaces et économes pour les étapes de purification des procédés de biotechnologiques blanches conduits dans l’eau (Down Stream Processing), plus particulièrement utilisés dans le domaine de la chimie biosourcée. Les partenaires du groupe allemand s’appellent Cargill Haubourdin (France), l’Université de Kaiserslautern (Allemagne), l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni), Alfa Laval (Suède), GEA Messo PT (Pays-Bas), Xendo (Pays-Bas), UPM (Finlande) et Enviplan (Allemagne). « Les produits chimiques biosourcés sont issus le plus souvent de procédés biotechnologiques utilisant la fermentation ou la biocatalyse. Aussi, dans la plupart des cas, ils sont produits dans le cadre de mélanges aqueuses complexes et dilués qui doivent être purifiés. Cela nécessite l’élimination de grands volumes d’eau, ce qui rend le procédé gourmand en énergie car il nécessite souvent des étapes de séparation complexes successives. Ceci entrave la compétitivité des produits d’origine renouvelable. En outre, sont souvent utilisées des méthodes de traitement mises au point pour la production chimique. Or elles sont insuffisamment adaptées aux procédés biotechnologiques » justifie BASF.

Un financement par le PPP Spire

Le budget total du programme Prodia sera d’environ 14 millions d’euros, dont 10 M€ apportés par l’Union européenne. Ce financement public s’inscrit dans le cadre du PPP Spire (Public Private Partnership) qui fait partie d’Horizon 2020, le programme-cadre de l’Union Européenne pour la recherche et l’innovation qui s’étend de 2014 à 2020 avec une enveloppe budgétaire de 80 Mrds €.

Un enjeu technologique pour BASF

Les biotechnologies blanches constituent une technologie clé pour BASF. Le groupe estime qu’elles « offrent le potentiel de fabriquer des produits plus efficacement qu’avec des procédés chimiques classiques ». Elles permettent également un accès à de nouveaux produits que l’on ne peut pas obtenir avec des approches classiques de synthèse. Pour l’heure, BASF utilise des méthodes biotechnologiques de fermentation et de biocatalyse pour fabriquer des produits tels que des vitamines, des enzymes et des produits chimiques chiraux.

 

Partager cet article avec :