Biostart lauréat du Genopole Biotech Award 2016

Partager cet article avec :

Les lauréats de la 6e édition du Genopole Biotech Award ont été dévoilés le 13 décembre. Par cette manifestation, le cluster basé à Evry cherche à identifier, récompenser et accueillir les meilleures innovations biotechnologiques dans les domaines de l’environnement, de l’agronomie et de l’industrie.

Cette année, le premier prix d’une valeur totale de 100000 euros revient à la société Biostart qui apporte une solution brevetée à la micro-dépollution des eaux usées, dite plus efficace, moins coûteuse et plus écologique que les techniques actuellement utilisées. Cette solution repose sur le développement d’un polymère à base de composants d’origine végétale totalement neutre pour l’environnement : cette molécule est capable de capter un large spectre de micro-polluants chimiques et biologiques, notamment ceux visés par les directives européennes. Les clients visés sont les sociétés de traitement des eaux usées et les industries polluantes. À plus long terme, Biostart s’intéressera aux marchés des particuliers ainsi qu’à la dépollution des sols et de l’air.

Deux prix spéciaux

Deux prix spéciaux ont également été décernés. Le prix du meilleur potentiel industriel, d’un montant de 50000 euros, revient à Spiris. Cette start-up conçoit une nouvelle technologie pour produire à grande échelle une spiruline de qualité, en réduisant les besoins en surfaces et en eau. La spiruline est une micro-algue riche en antioxydants, en fer et en protéines : une cuillère de spiruline est aussi riche qu’un steak en protéines.

Le prix du potentiel international revient à Unibiome. Cette société compte améliorer la valeur nutritive des aliments (vitamines, minéraux, oligo-éléments et autres composés bénéfiques pour la santé) sans en modifier la recette. Sa technologie modulaire permet de cibler les carences de segments de marché précis et de les adresser de façon non-invasive. Unibiome sélectionne et améliore les meilleures bactéries et levures qui pourront être utilisées lors de la fermentation de produits populaires comme le pain ou le yaourt.

Deux autres sociétés concouraient dans cette phase finale : Actinova et Aéromate.

Actinova a présenté une technologie visant à réduire la quantité de pesticides utilisés dans l’agriculture en évitant la dérive des projections phytosanitaires dans l’air et la terre. Des nanoparticules carbone fluorescentes, exempts de métaux lourds, sont intégrées aux produits pesticides projetés sur les végétaux. Des drones dotés d’un projecteur UV et d’un spectrophotomètre permettent de dresser la cartographie exacte des produits phytosanitaires projetés. Cette analyse immédiate permet un gain de temps et un bénéfice économique notable par rapport aux techniques utilisées actuellement pour optimiser l’efficacité des équipements de projection des phytosanitaires.

Enfin Aéromate est à l’origine de la première solution nutritive biologique pour la culture de légumes sur les toits de Paris, en hydoponie, c’est-à-dire dans l’eau. Aéromate veut récupérer les déchets organiques des restaurateurs, les revaloriser en compost pour en faire une solution nutritive biologique, écologique, durable, au contraire des nutriments issus de la pétrochimie actuellement utilisés. Les légumes récoltés, frais et de saison, sont ensuite vendus aux restaurateurs, selon un principe de cercle vertueux. Un pilote est testé dans le 11earrondissement parisien pour transformer les déchets organiques en une solution soluble.

Partager cet article avec :