Bioplastiques : Natureplast partenaire du projet européen Urbiofin

Partager cet article avec :

Les déchets solides municipaux (MSW pour Municipal Solid Waste) constituent une source de matière première formidable pour la chimie. Aujourd’hui en Europe, chaque habitant génère, en moyenne, 0,5 tonne de MSW par an, en augmentation de 10% par an. Or, environ 40 à 50% sont des déchets organiques : des hydrates de carbone, des protéines et des lipides.

Depuis plusieurs années des travaux de laboratoire ont montré l’intérêt de ces gisements pour produire des molécules organiques. Restait à valider le concept à plus grande échelle. C’est dans cette optique que le programme européen PPP BBI va consacrer près de 15 millions d’euros pour subventionner le projet Urbiofin, avec 11 M€ de subventions européennes. Projet qui a démarré le 1er juin 2017 pour s’achever le 31 mai 2021.

Démontrer la viabilité de la valorisation des MSW

Son objectif est démontrer la viabilité techno-économique et environnementale de la conversion à l’échelle semi-industrielle (10 t/j) de la fraction organique de MSW (OFMSW) en building blocks chimiques (bioéthanol, acides gras volatils, biogaz), biopolymères (polyhydroyalcanoate ou PHA et biocomposites) ou des additifs (microalgues hydrolisées pour biofertilisants). Ceci en utilisant le concept de bioraffinerie appliquée aux MSW (bioraffinerie urbaine).
Le communiqué relatif à ce projet souligne qu’Urbiofin ne se concentrera pas sur la production d’acides organiques car cela a déjà été traité dans le cadre de l’Annual Work Plan 2015 (BBI.VC4.D6.2015). Tandis que des complémentarités et synergies seront recherchées avec des projets financés dans le cadre de H2020 CIRC-05-2016 et H2020 SPIRE-03-2016 afin d’éviter les chevauchements.

Deux français, dont Natureplast, parmi les participants
Cette valorisation des MSW sera éprouvée sur l’ensemble de la chaîne de valeur à l’échelle de la démonstration, avec la participation directe de professionnels de la gestion des déchets jusqu’aux utilisateurs finaux des produits ciblés. Parmi les participants de ce projet, porté par l’Espagnol Industrias Mecanicas Alcudia, on notera la présence de la société française Natureplast, spécialisée dans le compoundage de bioplastiques, et qui interviendra en bout de chaîne. A ce titre, elle percevra une contribution européenne de 256312 euros pour financer ses travaux. Un autre français, Stefany Emballages et Services, figure également dans la liste des participants, récoltant une aide de 146504 euros.

Partager cet article avec :