Bioplastiques : Lactips fait un point d’étape de son activité

Partager cet article avec :
Marie-Hélène Gramatikoff, dirigeante et fondatrice de Lactips.

La société spécialisée dans la production de thermoplastiques à partir de protéines de lait Lactips est revenue sur ses récents développements. Tout d’abord, la société basée à Saint-Etienne (Loire) a indiqué que son projet Ecolactofilm a été désigné lauréat de l’appel européen à projets « H2020 Instrument PME Phase 2 ». Ce succès est assorti d’une procédure d’accompagnement et d’une subvention de 1,5 million d’euros de la part de la Commission européenne. « C’est une étape majeure pour Lactips car cet accompagnement nous permet d’ouvrir nos nouveaux marchés (non-alimentaires) en partant de la R&D jusqu’à la commercialisation », indique la société rhônalpine dans son communiqué. Initié officiellement le 1er juillet 2017, le projet Ecolactofilm se déroule sur une durée de 24 mois.

Un nouveau partenariat de recherche

Lactips a également noué une collaboration avec l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne au travers du programme HydroPrint. Soutenu financièrement par Saint-Etienne Métropole et Bpifrance (80 000 €), ce projet de recherche vise à développer un filament plastique hydrosoluble de nouvelle génération pour des applications en impression 3D. « Le marché de l’impression 3D est en plein essor et ouvrira de nouvelles perspectives commerciales à moyen terme », assure Lactips. Hébergé au sein du laboratoire d’ingénierie des matériaux polymères (IMP – UMR 5223), les recherches menées pour Hydroprint s’effectueront dans le cadre d’un post-doctorat d’une durée de 12 mois.

Une visibilité favorable pour la croissance organique

Fort de ces récents développements, Lactips mène actuellement une campagne de recrutement pour porter son effectif actuel de 20 personnes à plus d’une trentaine dans les prochains mois. La société indique également avoir agrandi ses installations au sein du pôle d’activités Metrotech – Green Park de Saint-Etienne Metropole. Lactips ambitionne de futures perspectives commerciales au niveau international, ce qui pourrait lui permettre de générer un chiffre d’affaires de 20 M€ à l’horizon 2020.

Partager cet article avec :