Bioplastiques : la production mondiale en forte hausse en 2019

Partager cet article avec :
(c) European Bioplastics
L’événement a accueilli 350 participants durant deux jours (c) European Bioplastics

L’association européenne des fabricants des bioplastiques a dévoilé les résultats de son étude prospective du secteur, à l’occasion de la 10e édition de sa conférence annuelle organisée les 5 et 6 novembre. Lors de cet événement, European Bioplastics (EuBP) a réuni près de 350 participants à Berlin (Allemagne) pour faire le point sur les développements, les débats et les tendances de marché dans le domaine des plastiques biosourcés. L’organisme a ainsi révélé les derniers chiffres du marché et les prévisions de production jusqu’en 2019. « Selon nos dernières données de marché, la production mondiale de bioplastiques devrait s’accroître de plus de 350 % à moyen terme, passant d’environ 1,7 million de tonnes (Mt) en 2014 jusqu’à atteindre approximativement 7,8 Mt en 2019 », indique Hasso von Pogrell, directeur général d’EuBP. En 2014, la production de bioplastiques durables (biosourcés et non-biodégradables) a atteint 1,04 Mt, tandis que le volume de bioplastiques biodégradables s’élevait à 663 000 tonnes. Le volume de bioplastiques produits est principalement portés par les applications en emballage rigide (790 000 t) et flexible (359 000 t). Au niveau géographique, la production de bioplastiques en 2014 se situe essentiellement en Asie (58,1 %), le reste étant réparti entre l’Europe (15,4 %), l’Amérique du Nord (14 %) et latine (12 %).

Les bioplastiques « durables » toujours privilégiés

Selon les prévisions d’EuBP, les bioplastiques durables domineront toujours la production mondiale en 2019, avec environ 6,6 Mt, soit plus de 6 fois le niveau de 2014. Quant aux bioplastiques biodégradables, ils compteront en 2019 pour près du double du niveau de 2014, atteignant 1,29 Mt.En ce qui concerne les applications, les capacités de production de bioplastiques se développeront grâce à l’emballage rigide (5,8 Mt), suivi par l’emballage flexible (587 000 t) et le textile (560 000 t). Pour atteindre ces prévisions favorables, Reinhard Büscher, directeur de l’Unité Industrie chimique de la Direction générale Entreprise au sein de la Commission Européenne a souligné l’importance d’avoir l’adhésion des États-membres  : « Nous avons besoin de standards clairs et harmonisés définissant les seuils de la durabilité et facilitant le recyclage haute qualité, constituant la clé pour une économie circulaire biosourcée forte ».

 

Partager cet article avec :