Bioplastiques : Cereplast sous la protection du chapitre 11

Partager cet article avec :

Le fabricant américain de bioplastiques Cereplast est en difficulté. Il vient de se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites.  Cette procédure va lui permettre de se restructurer pour retrouver de la rentabilité, et notamment de renforcer son bilan, de modifier la structure de son capital et de gagner en flexibilité financière. La société continuera de fonctionner pendant ce processus de réorganisation, mais des emplois seront touchés.
Dans ce cadre, Cereplast prévoit de réorienter ses activités dans deux directions : dans les compounds traditionnels et les polyoléfines recyclées et dans bioplastiques obtenus à partir de différentes matières premières dont les algues et l’acide polylactique .

Un marché américain des bioplastiques moins dynamique
« Nous avons l’intention d’utiliser le processus de réorganisation pour mettre en œuvre notre plan visant à réduire les coûts, stabiliser nos activités commerciales, augmenter les revenus et diversifier notre gamme de produits », a déclaré Frederic Scheer, président de Cereplast. «  Nous avons pris un certain nombre de mesures pour améliorer nos activités au cours des derniers mois et nous avons fait de grands progrès. Néanmoins le manque de dynamisme de la demande de bioplastiques aux Etats-Unis, les retards répétitifs dans la mise en œuvre de la réglementation bioplastique en Europe, notamment en Italie, combiné avec les problèmes juridiques avec plusieurs de nos créanciers, ont conduit notre conseil d’administration a adopter la voie de la réorganisation ».
Sur les neuf premiers mois de 2013, Cereplast avait réalisé un peu plus de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires, avec un effectif de l’ordre de 16 équivalents temps pleins (chiffre publié fin 2012).

Partager cet article avec :