Bioplastiques : Bio-on s’attaque au marché de l’électronique

Partager cet article avec :

Selon Marco Astorri, p-dg et cofondateur de la société italienne Bio-on, 50 millions de tonnes de déchets seraient générées chaque année à l’échelle mondiale avec les appareils électroniques (smartphones, tablettes, ordinateurs…). Pour réduire l’impact de ces déchets électroniques, Bio-on a conçu de nouveaux bioplastiques naturellement biodégradables à 100% dans l’eau et dans le sol et qui peuvent être utilisés comme substrats pour les circuits électriques. Associés à des nanocharges adéquates, ils peuvent faire office de conducteurs électriques, avec un potentiel encore inexploité.

Le potentiel des nanotubes de carbone à l’étude

Des études ont ainsi été réalisées par une équipe de chercheurs italiens issus des universités de Modena-Reggio Emilia et de Pérouse. Ils ont incorporé des nanoparticules de carbone, comme des nanotubes et des graphènes, dans des bioplastiques produits par Bio-on, ce qui permet de les utiliser pour développer des produits électroniques durables. Les résultats préliminaires de cette étude ont été présentés à Rome lors du salon Biopol 2013, conférence internationale sur les polymères biodégradables et bio-sourcés. Mais l’usage de ces bioplastiques ne se limitera pas aux smartphones et aux tablettes : « Nous pouvons l’élargir aux secteurs technologiques de pointe grâce aux multiples propriétés de nos bioplastiques, leurs remarquables performances techniques et leur excellente biocompatibilité. À l’avenir, cela nous permettra aussi de développer des capteurs et des dispositifs médicaux électriques » a ajouté Marco Astorri.

Fondée en 2007, Bio-on a conçu et breveté les premiers bioplastiques PHA 100 % naturellement biodégradables dans l’eau et dans le sol. Ces produits sont fabriqués en transformant des résidus de la production de sucre de betterave ou de canne (en Italie, en collaboration avec Co.Pro.B.), à l’aide d’un processus de production naturel, sans solvants chimiques organiques. En quelques semaines seulement, le produit se dissout dans l’eau fluviale, sans laisser de traces. Les bioplastiques brevetés de Bio-on présentent une résistance thermique et mécanique accrue, ils sont transformables en utilisant les technologies de production standard des plastiques usuels fabriqués à base de pétrole. Ils permettent donc de créer un éventail infini d’objets dans tous les domaines où l’on utilise aujourd’hui les plastiques traditionnels. La biodégradabilité des bioplastiques de Bio-on a été certifiée en 2008 par Vinçotte.

 


Partager cet article avec :