Biocontrôle : M2i veut entrer en Bourse

Partager cet article avec :

Le groupe de chimie M2i vient de lancer son introduction en Bourse à travers une augmentation de capital d’environ 15 millions d’euros, pouvant être portée à un maximum d’environ 19,8 M€ (en cas d’exercice intégral de la clause d’extension et de l’option de surallocation). La clôture de l’offre est fixée au mercredi 6 juillet 2016 avec une fourchette indicative de prix de 7,25 € à 9,75 € par action.

M2i, qui emploie quelque 90 personnes, mène de front deux activités : la synthèse à façon et le biocontrôle. C’est cette seconde activité qui rencontre aujourd’hui une forte croissance. Elle consiste à copier chimiquement les phéromones, naturellement secrétées par les insectes et les animaux pour communiquer entre eux, afin de protéger nos animaux et nos cultures. En d’autres termes, cette solution biomimétique offre une alternative écologique, sélective, efficace et rentable aux insecticides dont on cherche à limiter l’usage. Selon des chiffres cités par M2i, en 2014, le marché du biocontrôle végétal qui représentait déjà 2,7 milliards de dollars devrait encore doubler d’ici à 2020. Quant au marché du biocontrôle animal, sa croissance est attendue à 20% par an pour le segment du comportement animal. M2i commercialise d’ores et déjà un portefeuille en biocontrôle de 22 produits exclusifs, protégé par 11 brevets et ciblant plus de 18 cultures différentes partout dans le monde.

Développer les volumes de produits grand public

Philippe Guerret, directeur général M2i..
Philippe Guerret, directeur général de M2i.

A travers cet appel au marché, Philippe Guerret, directeur de la société qu’il a fondé en 2012, se fixe trois objectifs. Il espère développer les volumes de ses 22 produits en accélérant son développement à l’international grâce à des partenariats de distribution avec de grands groupes leaders dans leur domaine, comme Ceva, Nufarm ou Koppert, tout en continuant à développer sa propre force commerciale. Le dirigeant compte investir dans l’automatisation de son usine de fabrication de produits finis à Parnac, près de Cahors. Enfin, il souhaite capitaliser sur la marque M2i, dont les produits sont vendus en direct ou sous marque distributeur.

Cette stratégie devrait conduire le groupe à un chiffre d’affaires total de 13 M€ au terme de l’exercice 2016, en croissance de +150% par rapport à 2015, dont 4,6 M€ dans le biocontrôle et 8,5 M€ dans la synthèse à façon de molécules complexes.

Vidéo de Philippe Guerret à voir sur le site La Bourse et la Vie

Partager cet article avec :