Biocontrôle : BASF inaugure un centre de R&D en Allemagne

Partager cet article avec :

Le chimiste allemand BASF a ouvert un centre de recherche dédié aux solutions de biocontrôle et de protection des semences à Limburgerhof (Allemagne).

Il permettra d’élargir « son potentiel de développement d’innovations allant au-delà de la production des cultures conventionnelle ». « Grâce aux compétences de BASF dans la recherche et à sa savoir-faire en formulation, nous faisons partie des rares entreprises capables de proposer des traitements de semences associant à la fois des solutions biologiques et chimiques », déclare Philipp Rosendorfer, vice-président R&D de la division Functional Crop Care de BASF. Avant de continuer : « Les agriculteurs peuvent ainsi bénéficier d’une protection de leurs cultures dès la germination de la semence et le début de leur croissance ».

Des installations de pointe pour la R&D

Le nouveau centre dispose de toutes les capacités pour développer de nouveaux insecticides et fongicides biologiques ou encore des matières actives chimiques pour la protection et l’enrobage des semences. Ainsi, le centre de Limburgerhof comprend une souchothèque, des laboratoires pour le screening et les tests d’applications de produits. Il abrite également un laboratoire associant les capacités de BASF en fermentation biologique et en formulation chimique. Enfin, le site héberge des installations pour le développement de solutions optimisant les performances des graines enrobées lors des semis.

Un réseau de R&D mondial sur le biocontrôle

Les nouvelles capacités du site allemand de Limburgerhof viennent renforcer le réseau de R&D de BASF, consacré aux solutions de biocontrôle et de protection des cultures. Le chimiste allemand s’appuie notamment sur des centres au Brésil, en Argentine, en Grande-Bretagne, en Afrique du Sud, en Chine, en Australie, au Canada, aux États-Unis et en France. BASF est fortement engagé dans l’innovation sur le biocontrôle au niveau hexagonal. En effet, il a signé en 2015 une convention de partenariat avec le conseil régional de Lorraine dans le cadre du consortium BioProLor. Cet accord vise à favoriser localement la mise au point de biomolécules pour l’agriculture. En mars 2016, il a également annoncé sa participation à un consortium de recherche, développement et innovation sur le biocontrôle initié par l’Inra.

Partager cet article avec :