Biocarburants : DowDuPont veut se désengager de son usine d’éthanol cellulosique

Partager cet article avec :
Le site de DuPont à Nevada dans l’Iowa produit de l’éthanol cellulosique.

En marge de la publication de ses résultats du troisième trimestre 2017 le jeudi 2 novembre, le chimiste américain DowDupont a annoncé son intention de vendre son usine de production d’éthanol cellulosique à Nevada dans l’Iowa. Le groupe a déboursé 225 millions de dollars pour construire cette bioraffinerie inaugurée il y a deux ans jour pour jour. Considérée comme la plus grande du monde, cette usine utilise des coproduits de maïs pour produire 30 millions de gallons d’éthanol cellulosique par an. DowDuPont indique qu’il entend focaliser ses efforts sur la production de biocarburants sans recourir aux résidus agricoles. Selon Reuters, cette décision a été motivée par le manque de développement de la filière des biocarburants cellulosiques, bien qu’un porte-parole de DuPont ait démenti cette information. Selon une étude de l’association américaine des carburants renouvelables, la production d’éthanol cellulosique est estimée à 7 millions de gallons en 2017, alors que l’Agence américaine de l’Environnement (EPA) prévoyait en 2007 un volume de plus d’un milliards de gallons d’ici à 2020.

Un marché américain moins porteur

L’incitation financière et politique de l’EPA de 2007 sur les biocarburants avait incité plusieurs acteurs de la chimie à construire des usines de taille conséquente aux Etats-Unis. Ainsi, DSM et Poet avait formé une coentreprise en 2014 pour construire une installation d’un coût de 275 M$ dans l’Iowa. De son côté, l’Espagnol Abengoa s’était dotée la même année d’une unité de 25 millions de gallons/an d’éthanol cellulosique à Hugoton (Kansas, Etats-Unis). Mais depuis, l’usine a été revendue en 2016 pour 48,5 millions de dollars à Synata Bio, alors que Shell était un temps intéressé.

Partager cet article avec :