BioAmber se déclare en faillite aux Etats-Unis et au Canada

Partager cet article avec :
Acide succinique de BioAmber conditionné.

Mauvaise passe pour la société canadienne BioAmber spécialisée dans la production d’acide succinique biosourcé. Elle vient de faire une demande pour être placée sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux Etats-Unis. Ses deux filiales – BioAmber Sarnia et BioAmber Canada – ont également déposé un avis de faillite au Canada, soit une Notice of Intention selon le Bankruptcy and Insolvency Act.

Ce type de démarche doit permettre à BioAmber de renégocier sa dette et de lever les fonds nécessaires pour poursuivre ses opérations. La société se trouve alors protégée temporairement de ses créanciers qui cherchent à récupérer leurs fonds.

« Ce processus donnera à BioAmber le temps et la stabilité nécessaires pour restructurer ses finances. Cette restructuration, combinée à une structure de coûts nettement améliorée, positionnera BioAmber comme une entreprise beaucoup plus forte, mieux positionnée pour répondre à la demande mondiale croissante que nous entrevoyons pour notre produit » a estimé Richard Eno, Chief Executive Officer de BioAmber.

La menace d’une liquidation

Pour autant, si la société n’est pas en mesure de mener à bien ces restructurations, sous contrôle des tribunaux compétents, elle sera contrainte de cesser ses activités et de liquider ses actifs.

Rappelons que BioAmber opère une unité de 30000 t/an d’acide biosuccinique à Sarnia, en Ontario. L’an dernier, son partenaire japonais Mitsui s’était discrètement séparé de 40% du capital de la société que BioAmber avait racheté. En Europe, son principal concurrent s’appelle Reverdia, le joint-venture entre DSM et Roquette.

A la suite de cet épisode, le cours de Bourse avait fini de s’effondrer. De l’ordre d’un dixième de dollar aujourd’hui, il s’était échangé jusqu’à 14,7 dollars le titre en mars 2014 alors que l’usine était en cours de construction.

Partager cet article avec :