BIO-TIC prépare des feuilles de route pour les biotechnologies industrielles

Partager cet article avec :

Le programme BIO-TIC a été lancé en septembre 2012 dans le but de comprendre les obstacles à l’innovation en Europe dans le domaine des biotechnologies industrielles et de formuler des plans d’action pour y remédier. Après deux ans de travail, 3 projets de feuilles de route viennent d’être publiés. Le premier porte sur le potentiel de marché. Il montre que l’essor des biotechnologies industrielles dépendra de la compétitivité de la technologie, de son image et de la capacité à apporter de nouvelles fonctionnalités à plus forte valeur ajoutée plutôt que de se contenter du développement de molécules « drop-in » (identiques aux versions fossiles). La deuxième feuille de route est consacrée à la R&D et à ses priorités. Les deux axes principaux portent sur la performance des opérations de bioconversion et l’accès aux matières premières renouvelables. Enfin, la troisième feuille de route concerne les obstacles non technologiques à franchir, mettant en lumière l’importance de la réglementation et de la mise en place de politiques publiques. Ces feuilles de route, encore au stade de projets, sont le fruit d’une étude approfondie de la littérature, de plus de 60 entretiens avec des experts et la collecte d’informations à travers huit ateliers régionaux. Elles sont désormais mises à la disposition des acteurs des biotechnologies industrielles dans le but de recueillir des commentaires. « Ces feuilles de route identifient les principaux obstacles qui limitent actuellement la croissance des biotechnologies industrielles dans l’industrie de process et donnent des pistes de solutions. Nous encourageons les lecteurs à exprimer leurs points de vue et à faire des commentaires, afin que la feuille de route finale soit aussi complète que possible » a déclaré Padraig Naughton coordinateur pour le Cefic. Les versions finales seront publiées en 2015.

Un marché à 52 milliards d’euros en 2030

En 2013, le marché européen des biotechnologies industrielles a été évalué à 28 milliards d’euros. Le segment, de loin le plus important, est celui des produits antibiotiques, suivi par le biogaz et le bioéthanol. Selon les estimations, le marché est attendu à 41 Mrds € en 2020 puis 52 Mrds € en 2030. L’Europe ambitionne d’ailleurs de devenir le continent leader des biotechnologies industrielles à cet horizon 2030.

Plus d’informations : www.industrialbiotech-europe.eu

Partager cet article avec :