Bio-PBS : Reverdia et l’université de Wageningue lancent un projet de R&D

Partager cet article avec :

Reverdia, coentreprise entre Royal DSM et Roquette, a annoncé la mise en place d’un projet de recherche en collaboration avec l’université néerlandaise de Wageningue. Ce programme vise à développer des compounds biosourcés de polybutylène succinate (PBS) destinés à la fabrication d’emballages par moulage par injection. Les travaux se focaliseront sur les caractéristiques de longévité, d’apparence et de transformation des composés élaborés à partir de l’acide succinique biosourcé de Reverdia. « Les producteurs de matières premières et les fabricants de produits finaux testeront ces nouveaux matériaux, garantissant aux consommateurs de disposer bientôt de plastiques biosourcés et durables entre leurs mains », déclare Lawrence Theunissen, directeur Développement des applications chez Reverdia.

Des composés validés en applications industrielles

Parmi les partenaires du projet, des plasturgistes tels que RPC Romens et Teamplast seront chargés de valider l’emploi de ces compounds pour la fabrication de cagettes réutilisables d’horitculture et d’emballage rigides pour l’agroalimentaire. Les équipes de R&D vont également travailler sur la performance environnementale du bio-PBS, de telle sorte à ce qu’il ait une empreinte réduite par rapport à du polypropylène, utilisé classiquement pour ce type d’applications.

De la concurrence sur l’acide succinique biosourcé

Du fait de sa position de molécule plateforme, l’acide succinique fait actuellement l’objet d’une bataille commerciale intense. Si la coentreprise de Roquette et DSM a démarré la production industrielle de son Biosuccinum dès 2012 en Italie, ses concurrents lui ont rapidement emboîté le pas. L’Américain Myriant a démarré son usine à Providence (Louisiane, Etats-Unis) en 2013, tandis que Succinity (coentreprise entre BASF et Carbon Purac) a mis en service sa première unité de production commerciale à Montmelo en Espagne en 2014. Pendant ce temps, BioAmber a préféré sécuriser ses accords commerciaux en Thaïlande en 2014, avant de débuter la production industrielle d’acide succinique biosourcé sur son site de Sarnia (Ontario, Canada) en 2015.

Partager cet article avec :