Bio-isobutène : lancement du projet européen Rewofuel

Partager cet article avec :
Échantillon d’hydrocarbure liquide renouvelable.

La société de biotechnologie industrielle Global Bioenergies a annoncé le démarrage d’un projet européen de trois ans dénommé Rewofuel. Il vise à convertir des résidus forestiers de bois tendre en isobutène renouvelable puis en essence et en kérosène. Ce programme est porté un consortium constitué de 11 membres : Global Bioenergies (coordinateur), Sekab, Graanul Invest, Neste Engineering Solutions, Repsol, Peab Asfalt, SkyNRG, Ajinomoto Eurolysine, IPSB, TechnipFMC et l’université de Linz. Le budget total du projet se chiffre à 19,7 millions d’euros. Une partie de ce budget prend la forme d’une subvention non remboursable de 13,9 M€ allouée dans le cadre du programme Horizon 2020, le solde étant apporté par les membres du consortium. « Le projet Rewofuel présente un fort potentiel pour devenir pour devenir une chaîne de valeur alternative aux biocarburants existants et pour utiliser les ressources forestières résiduelles européennes d’une nouvelle façon. Toutes les phases du processus en sont à un stade de développement avancé et correspondent à des innovations de rupture, qu’il s’agisse de l’extraction des sucres du bois, de leur conversion en bio-isobutène puis en essence et en kérosène, ou encore la production de produits chimiques à base de lignine », détaille Jonas Markusson, directeur de l’innovation de Sekab. Le programme Rewofuel permet également de poser « les bases d’une bioraffinerie d’une genre nouveau, transformant le bois résiduel en essence et en kérosène de hautes performances ».

Trois procédés clés au cœur de la chaîne de valeur

Le projet Rewofuel va notamment s’appuyer sur l’association de trois développements technologiques : le procédé CellAPP de conversion de résidus de bois en hydrolysats de Sekab ; la technologie fermentaire de Global Bioenergies permettant de convertir les hydrolysats en bio-isobutène ; et enfin le procédé de transformation de l’isobutène en carburants (kérosène et essence) de Neste Engineering Solutions. « Nous nous réjouissons à l’idée d’adapter nos technologies NexEthers et NexOctane de nouvelle génération au bio-isobutène dérivé de bois afin de produire des carburants 100 % renouvelables. Nous considérons ce projet comme une excellente occasion de montrer comment un partenariat européen incluant de véritables synergies peut aboutir à la mise sur le marché de biocarburants de haute performance dérivés de résidus forestiers », déclare Marita Niemelä, directrice technique de Neste Engineering Solutions.

Un projet dans la continuité des travaux de Global Bioenergies

Depuis plusieurs années, la société de biotechnologie industrielle se focalise sur la conversion de son isobutène renouvelable en carburants notamment pour l’automobile. Dès mai 2015 il a livré de l’isooctane au constructeur automobile allemand Audi. En mars 2018, il lui a également expédié 60 litres d’additifs pour carburants biosourcés (isooctane, ETBE et isododécane) pour la réalisation de tests en banc moteur. Ce qui a conduit en avril 2018 aux premiers essais d’un véhicule utilisant un carburant biosourcé composé de plus 34 % de dérivés d’isobutène à Montlhéry. Pour l’aéronautique, Global Bioenergies a démarré en avril 2018 une collaboration avec SkyNRG pour accélérer la mise sur le marché d’un kérosène renouvelable dérivé de l’isobutène biosourcé.

 

 

Partager cet article avec :