BFA : Une alliance mondiale pour soutenir les bioplastiques

Partager cet article avec :
Avec la plantbottle, Coca-Cola montre son intérêt pour le plastique végétal.

Le 19 novembre dernier, le World Widlife Fund (WWF) et huit sociétés – Coca-Cola, Danone, Ford, HJ Heinz, Nestlé, Nike, P&G et Unilever – ont annoncé le lancement de la Bioplastic Feedstock Alliance (BFA). Le but de la BFA est de « soutenir le développement de plastiques fabriqués à partir de matières végétales, pour aider à construire un avenir plus durable pour l’industrie des plastiques ». Les huit sociétés fondatrices et le WWF ont décidé d’unir leurs forces pour relever ce défi majeur pour l’avenir de leurs entreprises et de l’environnement, s’inscrivant ainsi dans le sens de la bioéconomie. Dans le domaine des carburants, cette migration du fossile vers le renouvelable s’est déjà amorcée avec le développement des biocarburants.

Atténuer l’impact des bioplastiques

Mais force est de constater qu’à mesure que le recours à la biomasse a grandi, des inquiétudes se sont cristallisées autour de la concurrence des ressources pour la nourriture, la terre, l’eau et l’énergie. « Ces questions représentent des défis pour la croissance future de l’industrie des bioplastiques dans le cadre de cette bioéconomie. Le BFA cherche à identifier les impacts potentiels de l’industrie bioplastique et les mesures possibles pour les atténuer » explique le collectif.

Par conséquent, la BFA s’intéressera de près à la question de la matière première des bioplastiques du futur qui pourra être d’origine agricole ou forestière (matière noble, co-produit ou déchet). Pour apporter des réponses à ces questions, la BFA réunira différentes parties prenantes dont d’éminents experts de l’industrie, du milieu universitaire ou de la société civile.

Plus d’informations sur : www.bioplasticfeedstockalliance.org

Partager cet article avec :