BDO renouvelable : BASF au stade des lots commerciaux

Partager cet article avec :

Le groupe chimique BASF vient de produire ses premiers volumes commerciaux de 1,4-butanediol (BDO) à partir de matières premières renouvelables, sans donner plus de détail sur les installations qu’il a utilisées. Le produit sera proposé sous forme d’échantillons pour des clients désireux de le tester. Par la suite, BASF prévoit de produire également des échantillons de dérivés de BDO renouvelable tels que le polytétrahydrofurane (PolyTHF ou PTMEG).
Le procédé de production utilisé repose sur une technologie de fermentation brevetée par la société californienne Genomatica et dont BASF a acquis une licence en mai. Il consiste à nourrir des microorganismes, modifiés par biologie de synthèse, avec du dextrose, un sucre en C6, pour obtenir directement le produit. Selon BASF, la qualité de ce BDO renouvelable est comparable à celle du BDO obtenu sur base pétrochimique (à partir de gaz naturel, butane, butadiène ou propylène), dont BASF est un important producteur. En effet, le groupe BASF possède une capacité globale sur base pétrochimique de 535 000 t/an avec des installations à Ludwigshafen en Allemagne, à Geismar en Louisiane, à Chiba au Japon, à Kuantan en Malaisie et à Caojing, en Chine.

La construction d’une unité de taille commerciale à l’étude

En mars dernier, BASF avait annoncé son intention de construire une nouvelle installation de BDO de 100 000 t/an à Korla en Chine. Puis en mai, il envisageait de construire une unité de taille commerciale de BDO renouvelable sans détailler le lieu, ni la capacité. Aujourd’hui, BASF réaffirme son ambition d’atteindre dans les deux prochaines années des capacités de production de 650 000 t/an pour le BDO et de 350 000 t/an pour le PolyTHF. La part de biosourcé reste à préciser.

Partager cet article avec :