Bayer se lance dans les PU à base d’acide succinique

Partager cet article avec :

Dans le dernier numéro de son magazine Research, Bayer consacre un article sur la biotechnologie blanche appliquée à la production de polymères.  Le groupe allemand explique notamment qu’il travaille en collaboration avec les sociétés Reverdia et BioAmber en vue de remplacer l’acide adipique par l’acide succinique dans la production de polyols, qui sont des précurseurs de polyuréthanes (PU). En effet, l’acide adipique actuellement sur le marché est d’origine fossile et requière plusieurs étapes de synthèse coûteuses en énergie. L’acide succinique proposé par Reverdia et BioAmber est à la fois d’origine végétale et produit par voie biotechnologique dans des conditions plus douces. Et selon Bayer, la production d’acide succinique dégagerait dix fois moins de CO2 que la production d’acide adipique, même en prenant en compte la phase agricole. « Le basculement de l’acide adipique vers l’acide succinique n’a pas été aussi facile qu’il y paraît » explique cependant le groupe Bayer. « La molécule d’acide succinique a deux atomes de carbone de moins et il en résulte d’autres propriétés ». Afin de pouvoir convertir cet acide succinique en polyols puis en polyuréthanes, les chercheurs de chez Bayer ont dû « coordonner » l’acide succinique avec tous les autres composants. In fine, l’objectif est de développer de nouveaux polyuréthanes de qualité identique voire supérieure aux grades dérivés de l’acide adipique.

Partager cet article avec :