Avancée de Deinove dans l’acide muconique

Partager cet article avec :

La société française a franchi une nouvelle étape dans le développement de son portefeuille de technologies. Deinove a annoncé avoir « obtenu la preuve de concept de production d’acide muconique par une bactérie Deinocoque ». Les équipes de la société de biotechnologie ont ainsi conçu une bactérie pouvant produire cet intermédiaire chimique à partir de sucres. « Au plan technique, les Déinocoques ont une physiologie adaptée à la production de cette molécule (production d’acide muconique aérobie proche de la physiologie normale de ces bactéries, flux métabolique plus favorable à ce type de fermentation que chez d’autres micro-organismes de référence), ce qui procure un avantage concurrentiel vis-à-vis d’autres technologies », souligne la société. A partir de cette preuve de concept, Deinove va mener des phases d’ingénierie afin d’accroître les performances de la souches dans des conditions s’approchant de plus en plus de l’industrialisation. Deinove se félicite de cette avancée pour un intermédiaire chimique « dont les dérivés (caprolactame, acide téréphtalique et acide adipique) sont très largement utilisés dans les industries plastiques (pour l’automobile ou pour les emballages notamment), la production de fibres synthétiques pour le textile ou l’industrie (nylon principalement) et l’alimentation (acidifiant). L’ensemble de ces produits représente un marché mondial de plusieurs dizaines de milliards de dollars ».

Fort de ce développement technologique, Deinove qui « engagé des discussions avec plusieurs industriels intéressés, susceptibles de s’associer à ce projet » a lancé une plateforme de R&D dans ce domaine. Elle rejoint les deux autres plateformes de la société montpelliéraine (Deinol et Deinochem). Deinove début ainsi un nouveau champ de développement alors que son programme Deinol, débuté en 2010, a atteint l’avant dernière étape au début de mois de juillet.

 

Partager cet article avec :