Avancée dans le caoutchouc à base de guayule

Partager cet article avec :

Versalis, ex-Polimeri Europa et filiale chimie du groupe énergétique italien Eni, vient de former un partenariat stratégique avec l’Américain Yulex pour la production de caoutchoucs biosourcés à partir de guayule. Les deux partenaires ont seulement révélé qu’ils souhaitaient construire un complexe industriel en Europe du Sud, alimenté en énergie par une centrale à biomasse. Les futurs caoutchoucs biosourcés s’adresseront aux marchés de la grande consommation et des spécialités médicales, avant de viser des débouchés dans les pneumatiques, précise Versalis. De son côté, la société Yulex, créée en 1997 et basée à Phoenix en Arizona, est spécialisée dans la conception de biomatériaux produits à partir de l’extraction de latex du guayule, destinés aux secteurs de la santé, de la grande consommation, de l’industrie, et de l’énergie verte. Yulex possède un savoir-faire spécifique dans la production de biocaoutchoucs en émulsions ou sous formes solides. Ce qui intéresse particulièrement Versalis, géant des élastomères et n°2 européen du butadiène.  Le guayule (parthenium argentatum) est une plante à latex d’Amérique du Sud. Le chimiste italien explique que le guayule est une culture renouvelable, non-alimentaire, qui ne requiert que peu d’eau et aucun pesticide, et dont le latex est exempt de substances allergènes.

Partager cet article avec :