Australie : Amyris programme une usine pour 2020

Partager cet article avec :
Le site d'Amyris à Brotas au Brésil.
Le site d’Amyris à Brotas au Brésil.

La société américaine de biotechnologie industrielle Amyris et le gouvernement du Queensland ont annoncé le 6 décembre un partenariat pour créer une plateforme de production d’ingrédients durables dans cet état d’Australie

Elle aura pour vocation de fournir une clientèle asiatique, tout en soutenant l’économie locale du Queensland et la culture de la canne à sucre. L’usine, prévue pour 2020, produira des actifs pour les produits de soin et la nutraceutique, ainsi que d’autres produits dérivés du farnesène, la molécule plateforme d’Amyris obtenue par fermentation de sucre.
Ses revenus annuels de la nouvelle usine sont annoncés autour de 60 à 80 millions de dollars (US), correspondant à un retour sur investissement de 2 à 3 ans selon Amyris qui ne précise pas le montant de l’investissement. Pour l’heure, les bases industrielles d’Amyris sont installées au Brésil à Brotas.

Une demande en ingrédients durables tirée par l’Asie
FarneseneLes partenaires estiment qu’à l’échelle mondiale, la demande en ingrédients durables est à la hausse, en particulier pour des produits dérivés de végétaux plutôt que d’animaux qui offrent des performantes accrues. Cette tendance est particulièrement marquée en Asie, avec une forte demande des consommateurs en produits de soin de la peau de haute qualité et en produits nutraceutiques. D’où l’intérêt d’installer un hub industriel en Australie, non loin des marchés asiatiques, dans une zone qui a la capacité à fournir de la matière première, en l’occurrence de la canne à sucre pour alimenter en sucre les installations de fermentation d’Amyris.

Un premier focus sur l’aviation durable
Pour Amyris, ce projet fait suite à la signature, en juin 2016, d’un protocole d’accord avec l’Institut australien de bio-ingénierie et nanotechnologie de l’université du Queensland, visant à favoriser le développement d’une industrie biotechnologique basée au Queensland et utilisant les ressources locales en canne à sucre. De son côté, le gouvernement du Queensland s’était intéressé dès 2010 à la question de « l’aviation durable » et la possibilité de produire localement du biokérosène à partir de sucre. Pour cela un consortium public-privé, la Queensland Sustainable Aviation Fuel Initiative, avait été lancé avec un investissement initial de 6,5 millions de dollars australiens (4,6 M€). Amyris se trouvait déjà parmi les partenaires aux côtés de Boeing et de Virgin Australia.

Partager cet article avec :